Le ver de bancoule fait toujours recette

Ver de bancoule
© Laura Schintu

Ce dimanche, à Farino, la 29ème édition de la fête du ver de bancoule a, cette année encore, attiré son lot de visiteurs. De nombreuses personnes se sont prêtées au jeu du « fouillage », puis du « bouffage ». 

Laura Schintu et Nicolas Fasquel (CM) Publié le , mis à jour le

Il est gras, translucide, pas forcément attirant, et pourtant le ver de bancoule est bien comestible. 

Ver de bancoule
© Laura Schintu
 

Le « fouillage »

Certains courageux sont même prêts à se battre pour en récupérer le plus possible. Pour arriver en tête du concours de « fouillage », il leur faudra de la vigueur et de la chance pour déloger les vers de leurs troncs. 
« Le bois est très tendre, çà permet de fouiller au maximum » explique cette participante. « Il faut bien mettre les mains dedans et ne pas avoir peur de bien toucher les cafards et tout ». 
Ver de bancoule Fouillage
© Laura Schintu
 

Le « bouffage » pas toujours simple 

Mais le ver, il ne suffit pas de le trouver. Il faut aussi y goûter. Pour la préparation, on peut compter sur les chefs du jour qui connaissent les bons ingrédients pour que les larves révèlent toutes leurs saveurs : « La recette, c’est un bon beurre persillé et au dernier moment, flamber avec du pastis ».
Ver de bancoule cuit
© Laura Schintu

Pour certains, cette première dégustation s’est révélée à la fois juteuse et croustillante, mais pas toujours bonne.
D’autres n’en sont pas à leur coup d’essai, preuve peut-être que le ver a ses saveurs que la raison ignore. « On croque, il y a quelque chose qui explose, qui devient liquide, çà a un petit goût de noisette. Cuit, çà fait plus friture, mais bon, c’est sympa » commente cette goûteuse. 
Il y en a enfin pour qui le goût des larves restera un mystère, au moins jusqu’à l’année prochaine.  
Le reportage de Laura Schintu et Nicolas Fasquel