La province Nord adopte pour 2019 un budget de 37 milliards

L'assemblée de la province Nord débattant du budget primitif 2019, 20 décembre 2018
© NC la 1ere / Carawiane Carawiane | L'assemblée de la province Nord débattant du budget primitif pour l'exercice 2019.

La province Nord de la Nouvelle-Calédonie a voté jeudi son budget primitif 2019, dans un contexte délicat. Quasiment équivalent à l'enveloppe de cette année, il se monte à un peu plus de 37 milliards CFP.
 

Gilbert Assawa et Carawiane Carawiane, avec F.T. Publié le , mis à jour le

Le budget primitif de la province Nord pour affronter l'année 2019 se monte à 37,1 milliards de francs CFP. Il a été adopté jeudi à l’unanimité de l'assemblée provinciale. Un vote unanime salué par l’exécutif, pour qui il traduit une solidarité entre groupes politiques. 
 

300 millions de différence avec le BP 2018

«Il est en baisse, mais de peu», précise le premier vice-président de la province Nord, Yannick Slamet. «Si on raisonne de budget primitif à budget primitif, c’est moins 0,3%, c’est de l’ordre de 300 millions. En tenant compte que le BP 2019 repose sur 95% des dotations de la Nouvelle-Calédonie, alors que l’année dernière, on l’avait fait sur 100%. A l’équivalence, nous sommes encore bons sur les équilibres.»
 

Rééquilibrage 

Les deux autres groupes politiques de l’assemblée provinciale ont voté pour ce budget. Dans l’intérêt des populations et du rééquilibrage, expliquent leurs représentants. «Sur le plan du développement économique, et même de l’aménagement, nous sommes surtout dans l’optique de rééquilibrage», explique Gérard Poadja, du groupe Une province pour tous. «C’est la raison pour laquelle nous avons toujours voté pour le budget annuel de la collectivité. Nous avons compris qu’à chaque fois que l’on fait des propositions, elles sont prises en considération. C’est la raison pour laquelle nous militons beaucoup pour le rééquilibrage, parce que c’est à destination de nos populations du Nord qu’il doit se faire.»
 

Intérêt collectif

«Je pense qu’en période de restrictions budgétaires, on ne peut pas se permettre de faire des erreurs, ni de causer des choses qui pourraient impacter l’intérêt des populations», réagit à son tour  Henriette Hmae, du groupe UC. «C’est pour cela que nous avons voté pour ce budget. Notre intérêt à tous, c’est de regarder le service à la population et de faire une sorte qu’il soit moins impacté, qu’il ne soit pas réduit. C’est ce que nous essayons de faire depuis deux-trois ans, ici, à la province.»

Le compte-rendu de Gilbert Assawa et Carawiane Carawiane. Avec à l'écran Yannick Slamet, Henriette Hmae et Gérard Poadja.