Des pompiers et des garde-champêtres pris pour cible à Canala

Carte de Nakety bis
© Google Maps | Les deux épisodes ont eu lieu à un jour d'intervalle.

Les pompiers et garde-champêtres du syndicat intercommunal qui réunit Thio, Canala et Kouaoua n'iront plus jusqu'à nouvel ordre à Nakety, où ils ont subi deux agressions. Le maire de Kouaoua réagit à ces actes qui s'inscrivent dans un contexte tendu, au centre de la côte Est.

Angélique Souche, avec F.T. Publié le , mis à jour le

Alcide Ponga exprime sa colère. Le maire de Kouaoua, membre du SIVM Centre Est, réagit à deux incidents subis cette semaine, à la tribu de Nakety, par les personnels du Syndicat intercommunal à vocation multiple. Ce jeudi soir, relate-t-il, les pompiers se sont fait dérober leur véhicule alors qu’ils intervenaient pour éteindre une voiture volée incendiée. Et mercredi, ajoute l’édile, les garde-champêtres ont été caillassés.

«De la révolte voire du dégoût»

«Les pompiers, les garde-champêtres, les gendarmes sont présents sur le territoire de nos communes pour aider la veuve et l’orphelin, pour aider les gens qui sont accidentés sur les routes, les petits vieux qui ont des malaises. Le sentiment que je peux avoir après des faits d’agression comme ceux que nos gens ont subis cette semaine, c’est de la révolte, voire du dégoût!», lance Alcide Ponga. Ecoutez ses propos, recueillis au téléphone par Angélique Souche.

«Droit de retrait»

Le maire de Kouaoua ne s’explique pas ces actes, mais il appelle chacun à prendre ses responsabilités : «Je me dis que c’est de la petite délinquance juvénile qui est vraiment mal placée. Il faut qu’on puisse, avec les autorités de Nakety, discuter et se dire les choses clairement : on ne peut pas aujourd’hui laisser ces choses-là se passer. D’ailleurs, nos employés nous ont fait part ce soir de leur positionnement : ils vont utiliser leur droit de retrait, que ce soit les garde-champêtres ou les pompiers, et il n’y aura plus d’intervention sur Nakety jusqu’à nouvel ordre.»

Dans l'attente du maire de Canala

Des discussions devraient être engagées à Nakety dès le retour du maire de Canala, Gilbert Tyuienon, en courant de semaine prochaine. «Il y a des échéances qui arrivent», conclut Alcide Ponga. «Peu importe comment on va aller en 2018 mais si on décide de construire un pays ensemble, ce n’est pas comme ça qu’on va y arriver.»

Véhicule dégradé SLN Thio
© DR | Plusieurs véhicules de la SLN ou loués par la société ont été brûlés pendant les fêtes.
 

Importantes dégradations sur les sites SLN de Thio

Le maire de Kouaoua n’était pas le seul à exprimer une «lassitude», aujourd’hui. Un sentiment similaire était perceptible du côté des sites SLN de Thio : la société minière y a subi de lourdes exactions durant les fêtes, a-t-on appris ce vendredi. Pas moins de dix vols ou incendies de véhicules depuis le week-end de Noël et de lourdes dégradations des infrastructures : vol de matériel, vitres brisées, cafétéria pillée et vandalisée, portes forcées. Le domicile d’un agent a même été cambriolé. Une flambée d’actes de délinquance qui fait suite à une année déjà tendue sur ce site où travaillent 180 personnes, pour la plupart originaires de Thio.

Caillassage et atta​ques contre le bétail

Ce n’est pas tout: en début d’après-midi, toujours sur la même commune de Thio, des gendarmes auraient été victimes de caillassage. Et ces dernières semaines, un élevage de bétail a subi de lourds dégâts. En un mois, ses barrières ont été arrachées à plusieurs reprises par une voiture-bélier. Trois vaches et deux génisses ont ainsi été abattues ou volées. Un préjudice qui dépasserait le million de francs.

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête