Ouégoa aux petits soins de ses écoles avant la rentrée

Ecole publique du village de Ouégoa
© Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere | A l'école publique du village de Ouégoa.

Partout en Calédonie, les équipes municipales sont dans les starting-blocks: la semaine prochaine, les écoles devront être prêtes à accueillir les enfants. Depuis le mois de janvier, les communes profitent des vacances pour effectuer les travaux nécessaires. Comme à Ouégoa.

Cédrick Wakahugnème, avec F.T. Publié le

«Nous nous trouvons à l’école publique de Parari, située au centre du village. Elle existe depuis une trentaine d’années.» Levée aux aurores, Chantal Song est déjà à pied d’œuvre. La deuxième adjointe au maire de Ouégoa, en charge de l’enseignement, chapeaute les travaux menés à l’école du village. «Il faut que tout se mette en place pour accueillir les enfants à la rentrée, insiste l’enseignante de formation. C’est très important de les recevoir dans de bonnes conditions de confort, et surtout de sécurité.» 
 

Deux écoles publiques

Depuis un mois, les employés communaux et les artisans se mobilisent. Le travail est colossal et des réparations urgentes doivent être effectuées. Ouégoa compte deux écoles publiques : celle du village, et la seconde dans la chaîne centrale, à Paimboas. Réfection des routes, des bâtiments et de la cantine, nettoyage et embellissement, c’est une véritable course contre la montre. 
  

Nouvelles fenêtres

Jean-Claude Tchoeaoua entretient les espaces verts. «On a débroussé les alentours et l’intérieur des cours d’école, décrit-il, nettoyé de fond en comble l’ensemble des classes. Sur l’ancien bâtiment, les artisans ont procédé à l’installation de nouvelles fenêtres. Désormais, elles sont coulissantes.»
 
Ecole publique de Ouégoa, février 2019
© Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

Rituel

«Chaque année, c’est le même rituel, ajoute l'agent municipal. Nous sommes tous mobilisés, que ce soit les équipes des routes, les maçons, les espaces verts. Il y a deux semaines, nous avons également procédé à l’élagage des arbres qui obstruent les routes pour permettre un meilleur accès des bus.» Un travail de fourmi, dans lequel rien ne doit être laissé au hasard. La semaine prochaine, une centaine d’élèves seront scolarisés, au village comme à la tribu.
 

Vingt millions

La collectivité a engagé vingt millions de francs pour les seuls travaux de réfection des bâtiments. «C’était vraiment des travaux importants», assure Chantal Song, l’élue municipale. «Mais ce n’est pas fini. Cela va s’étendre sur plusieurs années. Pour une petite commune comme Ouégoa, c’est sûr que c’est un coût. Après, on se doit de le faire. Et la mairie pense qu’il faut mettre les moyens nécessaires. C’est avant tout la réussite des enfants qui est en jeu.» 
 

Le privé n'est pas oublié

En plus des deux écoles publiques, la mairie de Ouégoa apporte également un coup de pouce aux établissements du privé. Un objectif qu’elle s’est fixée, pour que chaque écolier de la commune travaille dans de bonnes conditions.