Le pompier blessé dans l'incendie de Koumac n'a pas survécu

L'incendie de Koumac vu de drone le mercredi 9 janvier.
© Christophe Chalaye | L'incendie de Koumac vu de drone le mercredi 9 janvier.

Terrible nouvelle que celle annoncée mercredi soir. Pour la première fois en Nouvelle-Calédonie, un pompier est mort au feu. Bertrand Pimé, garde-champêtre de Koumac et volontaire au SIVM Nord, est décédé après avoir été gravement brûlé mardi en combattant un important feu de brousse sur sa commune.

Françoise Tromeur
Publié le , mis à jour le

[MISE A JOUR DE JEUDI MATIN]

Alors qu'on le savait entre la vie et la mort, Bertrand Pimé, âgé de 49 ans, n'a pas survécu. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a annoncé mercredi soir le décès du sapeur-pompier de première classe qui avait été grièvement blessé mardi après-midi, en intervenant sur l'important feu de brousse de Koumac. La commune dans laquelle cet ancien militaire travaillait comme garde-champêtre. Père de deux filles, il était également volontaire depuis 2012 au centre de secours du SIVM Nord - le syndicat intercommunal à vocation multiple qui couvre Koumac, Kaala-Gomen et Poum.
 

 

Il sera décoré à titre posthume

Il est le premier pompier calédonien à trouver la mort au feu, souligne le président du gouvernement, Philippe Germain, qui a présenté au nom de l'exécutif ses condoléances à la compagne de Bertrand Pimé, ses enfants, sa famille et ses proches. Hommage lui sera rendu à travers les honneurs militaires, ceux des sapeurs-pompiers et des gardes-champêtres. Celui qui a donné sa vie pour protéger les autres sera décoré, à titre posthume, de la médaille du courage et du dévouement. 
 

«Enquête pour incendie ayant entraîné la mort»

«Ce drame, qui endeuille une profession et le pays tout entier, rappelle à tous les risques encourus par ceux qui mènent sans relâche la lutte contre les feux de brousse, dont l’origine, hélas, est souvent due à l’imprudence ou à la malveillance», a déploré Philippe Germain. Et d'ajouter, concernant le feu de Koumac, que «le procureur de la République a diligenté une enquête pour incendie volontaire ou involontaire ayant entraîné la mort». 
 

Engagement

«En ces tristes heures», poursuit le communiqué émanant de la Nouvelle-Calédonie, «le gouvernement salue l’engagement des femmes et des hommes, pompiers professionnels et volontaires, gendarmes, gardes-champêtres et personnels communaux, et leur apporte son total soutien.»
 
 

Les pompiers «pleurent un frère»

L'Union des pompiers calédoniens a ajouté un bandeau noir à son blason, qui montre un visage casqué protégeant le pays. Dans un communiqué diffusé au milieu de la nuit, elle rend hommage à «un frère»: «La qualité de son engagement et son courage sans faille en faisaient un soldat exemplaire et respecté de tous.» La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France a elle aussi annoncé le décès du Calédonien.
 
 

En service commandé

Bertrand Pimé a été gravement brûlé en combattant le feu qui a commencé lundi à Koumac, à l'Est de la zone industrielle Kokondo, et qui a provoqué mardi le passage en plan Orsec 2. Plongé dans un coma artificiel, il a été évacué et pris en charge par les équipes du médipôle, à Dumbéa, tandis que dans le Grand Nord, le vent violent et tourbillonnant donnait du fil à retordre aux soldats du feu. Un incendie encore actif mercredi soir, et qu'il faut continuer à combattre aujourd'hui.