Ouvéa : le matériel pris à Beautemps-Beaupré a été restitué

Affaire de Beautemps-Beaupré, la restitution du matériel.
© Conseil de l'aire Iaai | La restitution du matériel, mardi 30 juillet.

Matériel de pêche, de navigation et de photo : les objets «confisqués» lors de l'attaque d'un bateau touristique le 24 juin vers Beautemps-Beaupré ont été remis mardi aux gendarmes par les coutumiers. L'enquête se poursuit dans cette affaire sur fond de litige autour des autorisations de pêcher.

Claudette Trupit, C.M. et F.T. Publié le , mis à jour le

Cinq semaines après les faits, le matériel a été restitué. C’est en effet le lundi 24 juin que près de l’atoll Beautemps-Beaupré, des gens d’Ouvéa attaquent le bateau d’un prestataire touristique. A bord du Long Island fish, des touristes étrangers en croisière privée.
 

«Confisqué» pour les uns, «dérobé» pour les autres

Les habitants en question leur reprochent de pêcher dans des zones interdites sans autorisation. Fusils de chasse sous-marine, gaffes, moulinets, bidons d’essence… Le matériel de pêche et de navigation est «confisqué» selon les uns, «dérobé» selon les autres, de même qu’un appareil photo. 

Remis aux gendarmes

Autant d’objets qui ont été rendus mardi après-midi, à Fayaoué, au siège du conseil coutumier de l’aire Iaai. Remis aux gendarmes de la brigade, ils doivent être redonnés prochainement à leurs propriétaires respectifs. 
 

Après de nombreuses discussions

Cette restitution intervient «à la suite des échanges entre les pêcheurs, le conseil coutumier Iaai (qui est le représentant des autorités coutumières) et Maître Moresco», insiste l’aire dans un communiqué diffusé mercredi matin, en soulignant que «la totalité des biens» a été «remise aux enquêteurs». Dans un point de situation dressé mardi soir, le procureur de la République Alexis Bouroz évoquait également «de nombreux échanges entre les militaires de la gendarmerie de la brigade des recherches de Nouméa et ceux d'Ouvéa, les autorités coutumières, le Parquet et l'intervention de Me Cécile Moresco»
 

«Que l'enquête se fasse sereinement»

Elle est l’avocate des habitants mis en cause dans cette délicate affaire, qui a beaucoup marqué les esprits en Calédonie. «Les personnes ont été entendues, il y a d’ailleurs peu de temps, par les services d’enquête, explique-t-elle, et il a été décidé de remettre ce matériel, ce qui a été fait, sereinement, dans le cadre de la poursuite de l’enquête pénale. L’idée, c’est vraiment que cette enquête se fasse le plus sereinement possible.» 
 

«Pas anormal comme délai»

«Il ne faut pas perdre de vue que ça se passe à Ouvéa», ajoute l’avocate, qui doit s’y rendre courant août. «Peut-être que ça complique un peu les choses, ne serait-ce qu’en termes de temps, de distance. De possibilité, aussi, pour toutes ces personnes d’être assistées par un avocat. Voilà, je dirais que c’est le temps qu’il a fallu, et ça ne m’apparaît absolument pas anormal comme délai.» 
 

Deux enquêtes en cours

A noter que dans le cadre de l'enquête menée autour de l'agression du 24 juin, il reste à auditionner une dernière personne. Une autre enquête est en cours suite aux plaintes déposées pour infractions à la pêche.