Ouvéa: il y a 25 ans disparaissaient Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene

Les 3 veuves de Jean-Marie Tjibaou,Yeiwene Yeiwene et Djubelly Wea aux côtés de Jean-Marc Ayrault, en 2013, à la chefferie de Wadrilla où Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene ont été assassinés le 4 mai 1989.
© NC1ère | Les 3 veuves de Jean-Marie Tjibaou,Yeiwene Yeiwene et Djubelly Wea aux côtés de Jean-Marc Ayrault, en 2013, à la chefferie de Wadrilla où Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene ont été assassinés le 4 mai 1989.

Il y a tout juste 25 ans disparaissaient simultanément Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene. Les deux leaders du FLNKS venaient assister à la cérémonie de levée de deuil des 19 militants, tués un an plus tôt lors de l'assaut de la grotte d'Ouvéa, lorsqu'ils sont assassinés par Djubelly Wea.

Gonzague de La Bourdonnaye
Publié le , mis à jour le

Dès 1988, les habitants d'Ouvéa avaient choisi la tribu de Wadrilla, au centre de l'île, pour ériger un monument en l'honneur des 19 jeunes gens tués lors de l'assaut de la grotte de Gossanah, le 4 mai 1988. Un an plus tard, c'est tout naturellement dans cette tribu, qui héberge également la mairie et l'antenne provinciale, que la cérémonie de levée de deuil était donc organisée. On y attend les trois leaders du FLNKS Jean-Marie Tjibaou, Yeiwene Yeiwene et Léopold Jorrédié. Le leader charismatique du mouvement indépendantiste connaît les risques mais pas question de se dérober à son devoir: il vient, seulement protégé par son garde du corps ( le futur maire de Hienghène Daniel Fisdiepas), accompagné des deux autres responsables du FLNKS, dans une île meurtrie par la double tragédie d'Ouvéa d'avril et de mai 1988.

Et soudain...

Les discours sont inhabituels, la tension est palpable mais les coutumes de levée de deuil se passent normalement jusqu'au moment où les personnes présentes viennent serrer la main des leaders indépendantistes. Là, Djubelly Wea, de la tribu de Gossanah, membre du FUKLK, un mouvement indépendantiste dur en rupture avec le FLNKS, sort une arme de son panier et tire en direction de Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene qui sont pratiquement tués sur le coup. Selon la version officielle, parfois mise en doute sur le nombre des tireurs, Djubelly Wea est immédiatement abattu par Daniel Fisdiepas, le garde du corps personnel de Jean-Marie Tjibaou qui sauve du même coup Léopold Jorrédié, semble-t-il visé, lui aussi, par l'assassin qui n'a jamais accepté la signature, le 26 juin 1988, des Accords de Matignon qui devaient rétablir la paix en Nouvelle-Calédonie
25 ans après, la réconciliation entre les clans et les familles de Hienghène, Maré et Ouvéa est passée par là. Mais la disparition brutale du leader charismatique du FLNKS et de son fidèle numéro deux, laissera des traces durables dans la vie du mouvement indépendantiste.

Reportage réalisé par Antenne 2 le 4 mai 1989, après la mort de Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene:


Le matin du 4 mai 1989, quelques heures avant sa mort, Jean-Marie Tjibaou était allé rendre visite aux époux Aloisio sur l'ilôt Fayava dans le Sud d'Ouvéa. Amis de longue date, ils avaient partagé un moment ensemble, discutant de tout et de rien.


Témoignages recueillis en 2013 par Thérèse Waia et Maurice Segu de NC 1ère:




En 2013, 24 ans après le drame, la famille Wea a rendu hommage à la mémoire de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwene Yeiwene...

Le reportage, réalisé en 2013, de Thérèse Waia et de Sylvie Hmeun de NC 1ère:






Enfin, si vous voulez revoir notre dossier sur les 25 ans d'Ouvéa  (Ouvéa: un devoir de mémoire, réalisé en 2013) c'est ICI .