Les coutumiers d’Ouvéa portent plainte

Ouvéa marche plainte
© NCla1ère et Albert Wadedeu

Près de quinze jours après l’agression de touristes près de l’atoll Beautemps Beaupré, les coutumiers d’Ouvéa se sont organisés pour à leur tour porter plainte auprès des autorités. Ils veulent fixer des règles pour les balades sur les îlots qui entourent le lagon d’Ouvéa.

Brigitte Whaap (et CM) Publié le , mis à jour le

Le matériel de pêche confisqué par les jeunes qui ont accosté l’annexe de pêche est gardé par la chefferie Bazit dans le Nord de l’ile. 
Les coutumiers se sont réunis pour discuter de ce qui s’est passé le 24 juin dernier. Pour eux, les organisateurs de l’expédition n’ont pas respecté la parole donnée.
« Une coutume a été faite à la tribu et les personnes qui ont reçu cette coutume ont énuméré les interdits à l’îlot. Ce bateau là, il faut qu’il soit au large, si vous voulez faire la pêche, c’est au large, mais pas à l’intérieur de la zone protégée » explique Bamia Poeta, porte-parole de la tribu de Héo. « La colère, c’est qu’ils sont venus faire la coutume pour trois jours de photos à l’îlot Beautemps-Beaupré, alors qu’ils étaient là déjà depuis deux semaines.  En fin de compte, on ne fait pas de photos avec des fusils de chasse…»
 

Quelles suites ?

Après plusieurs jours de discussion, que se soit au niveau des tribus, des chefferies et de l’aire coutumière Iaai, les coutumiers ont décidé de prendre en main cette affaire et de discuter des suites à donner.
« Maintenant, il faut penser organisation à partir de maintenant. Qu’est ce qu’on va dire maintenant pour les îlots ? Parce que il y en a qui ont proposé de ne plus accepter de coutumes pour aller faire un tour là-bas, juste autoriser nos gens d’ici à les accompagner faire un petit tour » s'interroge Bamia Poeta. 
 

Une plainte et un cahier de doléances

Les coutumiers et la population d’Ouvéa se sont rendus ce vendredi à la gendarmerie pour déposer une plainte par le président de l’aire et les trois grandes chefferies et un cahier de doléance notamment pour que le code de l’environnement de la Province des Iles.

A noter que ce samedi matin, les témoins d’Ouvéa vont être entendus par la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur les incidents du 24 juin dernier. 

Le reportage de Brigitte Whaap et Claude Lindor