Plus de deux ans après le drame de Maré, les séquelles psychologiques sont toujours vivaces

mare-drame-archives-081013
© NC1ère

Deux ans après le drame de Maré où 4 personnes ont été tuées, une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place. Initiée par la Direction de l'Action Sanitaire de la Province des Iles et le CHS Albert Bousquet, elle s'est montrée particulièrement utile pour les familles des victimes.

Gonzague de La Bourdonnaye
Publié le , mis à jour le

Le souvenir de cette journée tragique du 4 août 2011 est encore vif et les cicatrices loin d'être refermées chez ceux qui ont vécu ou subi les événements de Maré. 
Alors que des jeunes du "Comité pour le Réveil Indigène" organisaient aujourd'hui une marche à Tadine pour "découvrir la vérité sur ce drame", selon les organisateurs, les victimes directes mais aussi indirectes de ces événements continuent de souffrir en silence. Elles ont été aidées par une cellule d'aide psychologique, mise en place par le CHS Gaston Bourret et la Direction de l'Action Sanitaire de la Province des îles et très active après le drame.

Regardez, ci-dessous, le reportage de Brigitte Whaap et de Michel Bouillez:

DMCloud:113193
Mise en place d'une cellule psychologique à Maré