Pompiers caillassés : agresseurs condamnés à un an de prison

Pompiers de Dumbéa devant le tribunal

Un an de prison ferme sans mandat de dépôt. C’est la peine prononcée par le tribunal correctionnel contre six jeunes hommes pour le caillassage de deux pompiers dans le quartier des Palmiers à Dumbéa, en juin dernier. L’affaire a ému la corporation. 

 

Martin Charmasson (N.G) Publié le

L'union des pompiers de Nouvelle -Calédonie et la sécurité civile sont venus apporter leur soutien et dénoncer les agressions régulières que les pompiers subissent dans plusieurs communes. En juin dernier, après un signalement de feu de palettes, deux pompiers de Dumbéa se rendent dans le quartier des Palmiers. Ils circulent dans une rue et découvrent une vingtaine de personnes alcoolisées en train de déambuler.
 

Un guet-apens
L’une d’elle, titubant, va s’étaler sur la chaussée, sous le véhicule des pompiers qui ne peuvent l’éviter. Il s’en sort blessé. L’incident déclenche une pluie de jets de pierre.
L’une d’elle blesse l’un des deux sapeurs-pompiers à la tête, pour une incapacité de travail de 7 jours. Et une autre atteint son collègue dans le dos.
Sous une avalanche de pierres et autres cailloux, les deux pompiers parviennent à se sortir de cette situation, qui ressemble, aux yeux de la présidente du tribunal correctionnel, à un guet-apens. 

Seuls deux individus sur les six interpellés étaient présents
Ce vendredi, seuls 2 des 6 jeunes interpellés se sont présentés avec une attitude déconcertante. Souriant à leur arrivée. Evoquant « un feu pour se réchauffer » peu crédible. Sifflant à leur sortie. Ils ont écopé d’une peine d’emprisonnement ferme d’un an sans mandat de dépôt, comme leurs acolytes non présents à l’audience. 

L’Union des pompiers de Nouvelle-Calédonie et la sécurité civile était représentée dans l’assistance au tribunal. En soutien de leurs collègues, mais aussi pour dénoncer de nombreuses agressions lors d’intervention.

Reportage Loreleï Aubry et Michel Bouilliez