Pierre Frogier interpelle Edouard Philippe au Sénat

Sénat Pierre Frogier. Edouard Phiippe
© NC1ere

Le sénateur calédonien a interrogé le premier ministre sur le Référendum de 2018. C’était lors de la séance des questions d’actualité au gouvernement ce 1er août. Edouard Philippe lui a répondu que la méthode de l’Etat , en vue de cette échéance majeure, serait la transparence. 

Valérie Jauneau (CM) Publié le , mis à jour le

"La parole de l'Etat est attendue à Nouméa, la parole de la France est attendue dans le Pacifique"

Ce n’est pas la première fois cette année que Pierre Frogier interroge le gouvernement sur la préparation du référendum de sortie de l’Accord de Nouméa. En janvier dernier déjà, le sénateur demandait à l’ancien premier ministre Bernard Cazeneuve : « comptez-vous faire des derniers mois qui nous séparent de l’élection présidentielle une période enfin utile pour la Nouvelle-Calédonie ? ». 
La présidentielle est passée, et c’est désormais Edouard Philippe que le sénateur Les Républicains interpelle. « Etes vous prêt à vous engager dans [le] grand palabre pour l’avenir ? » demande Pierre Frogier au premier ministre.
Retrouvez l’intégralité de la question de Pierre Frogier

 

Ecoute, humilité et transparence

Edouard Philippe répond par une « responsabilité collective que nous avons tous, c’est à dire les acteurs du processus de l’Accord de Nouméa ». Sur la méthode employée, le premier ministre parle d’écoute, d’humilité et de transparence. Organiser une consultation « dont la légitimité ne pourra pas être contestée » et « profiter des fruits de la réflexion (…) menée par les nombreux experts  missions par les nombreux gouvernements qui se sont intéressés à ce sujet ». 
Retrouvez l’intégralité de la réponse d’Edouard Philippe 

 

 
La méthode est annoncée et d’ici la fin de l’année, des rendez-vous importants : le comité des signataires à Paris, et la venue d’Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie confirmée pour la première quinzaine du mois de décembre.