Le nickel rechute au LME : les tensions commerciales pèsent sur le prix du métal et sur la Nouvelle-Calédonie

Londres
© Alain Jeannin | La City de Londres où se trouve le London Metal Exchange (LME) qui fixe les prix du nickel

Le prix du nickel sur le London Metal Exchange (LME) a fini la semaine en forte baisse, l'enthousiasme né de données chinoises positives s’est effacé devant le durcissement des tensions commerciales et la hausse du dollar.
 

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

Sur le mois d'août, le nickel s'inscrit en baisse de 4,31 %. « La guerre commerciale qui oppose la Chine et les Etats-Unis pourrait prendre une plus grande ampleur, car le président américain Donald Trump envisage d'augmenter les taxes d'importation sur les produits chinois de 200 milliards de dollars », ont commenté les analystes de Saxo Bank, citant une information Bloomberg. "Le marché des métaux de Londres s'inquiète de plus en plus de la croissance mondiale en 2019, et de l'effet qu'une baisse aurait sur la demande de matières premières", ont-ils commenté.
 

Le marché doute

Les métaux de base réagissent particulièrement à ces risques sur la croissance de la Chine, premier importateur mondial de cuivre ou de nickel. Même si dans l'immédiat, l'activité manufacturière s'est redressée en août, selon un indice officiel chinois, en dépit de la guerre commerciale ouverte par le président américain. À la City de Londres, les prévisions ne sont guère optimistes : « Le dollar monte, les aciéristes chinois délaissent le nickel de haute qualité au profit de produits intermédiaires moins chers, et puis la guerre commerciale est mauvaise pour les métaux » réagit David Wilson, directeur de la recherche et de la stratégie métaux chez Freepoint Commodities.
 

En bref

Sur le fil des dépêches d’agence, on retiendra que la Russie a fortement augmenté ses exportations de nickel vers la Chine, en utilisant la voie maritime du Nord. On notera que les stocks mondiaux de nickel continuent de baisser dans les entrepôts du LME, ils sont désormais juste au-dessus du seuil des 240.000 tonnes, au plus bas depuis 2015. Enfin, l’inquiétude domine concernant les ressources en nickel de la SLN après l’annonce de la suspension de l’ouverture de trois mines à Kouaoua en Nouvelle-Calédonie. Eramet rechute à la Bourse de Paris et perd 4,91 % à 73,60 euros vendredi soir.

Le nickel valait 12.807 dollars la tonne au LME (5,80$ la livre), en baisse de 3,76 % vendredi soir à Londres contre 13.365 dollars en matinée.