Un navire grue chinois va rejoindre le Kea Trader

Kea Trader : intervention de Shanghai Salvage Company le 13 mai 2018
© Shanghai Salvage company | Intervention de la SSC le 13 mai, une manœuvre toujours délicate.

Le dispositif dédié au Kea Trader par la Shangai Salvage company s'est enrichi cette semaine d'un bâtiment-base doté d'une énorme grue. Il doit servir de plate-forme pour les interventions sur le porte-conteneurs échoué et morcelé.

Françoise Tromeur
Publié le , mis à jour le

Elle ne passe pas inaperçue, l'immense grue apparue cette semaine, dans le port de Nouméa. L'engin trône sur le Ju-Li, navire qui fait partie du dispositif déployé par la Shanghai Salvage company pour intervenir sur le Kea Trader. Voyez ces quelque images de Cédric Michaut.


Plate-forme

La société chinoise qui a pris le relais d'Ardent compte utiliser ce bâtiment long de 133 mètres comme plate-forme logistique et de commandement. C'est en tout cas ce que le haut-commissariat indique dans un point de situation consacré ce vendredi au porte-conteneurs échoué.

«Retrait de tous les polluants potentiels»

«A l’occasion de fenêtres météorologiques favorables, décrit-il, notamment entre le samedi 12 mai et le mardi 15 mai, les équipes de SSC ont continué le travail méticuleux de retrait de tous les polluants potentiels des deux sections du Kea Trader.» 

Douze tonnes sorties de cale

Et de détailler:
- «douze tonnes de débris ont été retirées de la cale n°1»;
- «2,9 mètres cube d’eaux polluées ont été extraites de conduits, de réservoirs et de circuits hydrauliques»;
- «le démontage des éléments pouvant devenir des débris flottants (meubles, cloisons, faux-plafonds) se poursuit désormais au niveau des ponts inférieurs du château, dont tous les ponts supérieurs sont déjà vidés».

Kea Trader: vue aérienne du 18 mai 2018
© Fanc | Le Kea Trader vu du Gardian de la Marine le vendredi 18 mai.

Etude hydrographique

Selon l'Etat, aucune trace de pollution, par hydrocarbure ou sous forme de débris, n'a été repéré sur le récif Durand où repose l'épave morcelée ou à ses abords. Par ailleurs, «une étude hydrographique complète et réactualisée doit être réalisée afin d’établir une cartographie précise des morceaux de coque ayant coulé à proximité du Kea Trader. L’identification des obstacles qu’ils représentent est essentielle pour assurer des conditions de navigation sûres sur le récif et planifier leur récupération.» Rappelons que le géant des mers est immobilisé au large de Maré depuis le 12 juillet 2017. Et que son état ne cesse de se détériorer.