Maltraitance animale : 6 mois ferme requis, les associations de défense mobilisées

proces torture animale
© Martine Nollet

Le procureur a requis 6 mois de prison ce jeudi matin à l'encontre d'un jeune homme de 23 ans. Le 27 mars dernier, il avait torturé une chienne de 6 mois, à Nouméa.

Martine Nollet Publié le , mis à jour le

Le tribunal correctionnel de Nouméa examinait ce jeudi matin un dossier de maltraitance animale. Dans la salle des pas perdus, plusieurs dizaines de défenseurs de la cause animale présents dés 8 heures, pour assister à l'audience. Parmi les associations : SOS animaux, animal action, le collectif APANC et la SPANC, bien déterminés à dénoncer "ces actes de barbarie, de sadisme et de cruauté extrême" à l’encontre d’une chienne croisée berger allemand appelée Lolie.
 

collectif proces torture animale
© Martine Nollet
Les faits remontent au 27 mars dernier, rue d’Austerlitz, à Nouméa. Trois jeunes s'en prennent à la jeune chienne en lui assénant des coups au point de lui briser la colonne vertébrale et le fémur. Un vigile donne l'alerte après avoir entendu des bruits suspects. Mais il est trop tard, l'animal sera euthanasié. 

Un seul d'entre eux a reconnu les faits. Le prévenu, absent à l'audience, est originaire de Maré, sans profession, avec un casier judiciaire vierge. Dans cette affaire, le procureur a requis 6 mois d’emprisonnement. Le délibéré sera rendu le 8 août.
Le reportage de Natacha Cognard et Claude Lindor