Les négociations de l'après 2018 ont commencé pour Pierre Frogier

Pierre Frogier président du Rassemblement-Les Républicains
© NC1ERE

Invité du JT du dimanche 20 mars 2016 Pierre Frogier a évoqué :
- La question des experts et de leurs travaux
- Le boycott de l’Union Calédonienne des discussions au Haussariat
- Les discussions autour de la sortie de l’Accord de Nouméa
- Et le rapprochement avec Calédonie Ensemble.

Brigitte Whaap
Publié le , mis à jour le

Sur la question de la venue des experts Yves Dassonville et Alain Christnacht

Pour le sénateur, le dernier comité des signataires de février a permis de passer à une nouvelle phase, et les travaux de convergence et divergence de ces experts vont permettre d’entrer dans une " période de négociation, disons le, même si le terme n’est pas partager publiquement par tout le monde", une phase qui devrait rassurer les concitoyens selon Pierre Frogier.

Le boycott de l'Union Calédonienne de la réunion du Haussariat le vendredi 18 mars

Nous sommes en train de franchir une étape, qui selon le président du Rassemblement, sera susceptible de donner un nouvel espoir aux Calédoniens. Il regrette qu’un grand parti comme l’Union Calédonienne ne soit pas à la hauteur.

La non participation de l'UCF

Pour Pierre Frogier, c’est prêté beaucoup d’influence à Philipe Gomes et à lui-même que d’avoir imposé l’absence de Gaël Yanno et d’autres. Selon lui, tout a été réglé au comité des signataires en présence de l’Etat, l’objectif n’est pas d’écarter qui que se soit mais d'avoir des personnes représentatives dans ces discussions.

Sur le référendum de sortie de l'accord de Nouméa

Le président du Rassemblement-les Républicain a toujours été opposé au scrutin d’autodétermination. Pour lui l’accord de Matignon en 1988 a été un accord de réconciliation, de partage des responsabilités avec notamment la création des provinces. Et l'Accord de Nouméa en 1998, est un accord de rééquilibrage. Selon lui beaucoup de choses ont été faites en matière d’équipement scolaire, d'infrastructure publique, et de logements. Mais le rééquilibrage passe aussi par le nickel, avec le développement de la Province Nord, et pour lui ce rééquilibrage économique n'est pas terminé.
Depuis l'accord de Nouméa que Pierre Frogier a signé beaucoup de choses ont changé, ce qui était vrai en 98 ne l’est plus aujourd’hui, et pour le sénateur "il faut être capable de trouver une solution politique imaginative et volontariste".

Le contenu d'un nouvel accord

A la réunion de vendredi 18 mars avec Yves Dassonville et Alain Christnatcht, la question des valeurs a été abordé. Les valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité, et les valeurs Océaniennes, kanak, Chrétiennes, qui constituent le socle calédonien. Pour Pierre Frogier, il y a une vraie volonté de vivre ensemble, et la construction d’une solution politique imaginative et volontariste pour un avenir partagé dans la France.

Sur le rapprochement entre le rassemblement et Calédonie Ensemble

Sur le chemin jusqu'au référedum de 2018, il y a les élections présidentielle, une échéance primordiale pour Pierre Frogier : "comment penser que si l’on se déchire à nouveau, le prochain 1er ministre nous prendra au sérieux". Mais pour lui, cela ne veut pas dire que le Rassemblement est d'accord avec la politique de Calédonie Ensemble et celle du gouvernement Germain.