Les acanthasters, un danger pour nos récifs

Acanthaster
© NC1ere

Elles sont grosses, venimeuses et s'attaquent au corail. Ces étoiles de mer sont surveillées de près par les scientifiques de l’IRD.

Caroline Moureaux avec Caroline Antic-Martin Publié le , mis à jour le

Pour mieux connaitre le cycle de reproduction de l’acanthaster, et éviter - le cas échéant, les pullulations, une équipe de l'IRD étudie de près depuis 3 ans cette étoile de mer géante de plus en plus présente dans notre lagon. 
Elle se nourrit exclusivement de corail.
L’acanthaster est naturellement présente sur nos récifs, mais c’est quand son nombre devient trop important que la menace se précise.
On sait peu de choses sur leur multiplication si ce n’est qu’elle est liée à la fois au réchauffement climatique et à l’activité humaine.
La Nouvelle-Calédonie a déjà connu un épisode d’invasion en 2000.
Un gros spécimen peut pondre jusqu’à 30 à 40 millions d’œufs d’où l’importance de connaître le cycle de reproduction et de débarrasser l’animal de ses larves avant la ponte.
Il est possible de tuer les acanthasters sans danger pour l’environnement, avec des piqûres de citron ou de vinaigre. Une technique qui a déjà fait ses preuves au Vanuatu et qui pourrait être utilisée chez nous en cas de besoin. 
Pour mieux cerner l’évolution de leur nombre  en Nouvelle-Calédonie, l’IRD sollicite l’aide de la population via un réseau de surveillance baptisé Oreanet.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry 

Pour en savoir plus sur le réseau Oreanet, c’est ici et ici