L'actu en bref de ce mercredi 31 août

Actu en bref
© NC 1ère

L'essentiel de l'actualité de ce 31 août : les difficultés de trésorerie du RUAMM, l'annonce du groupe Les Républicains " défavorable" au texte sur la compétitivité, et aux assises : une condamnation à 20 ans de prison pour meurtre.

Charlotte Mestre avec NG Publié le , mis à jour le

Le RUAMM encore dans le rouge !

L’an dernier, les comptes du régime maladie ont été plombés par les longues maladies et les évasans. Et cette année la situation n’est pas plus reluisante. La Cafat a de nouveau annoncé des difficultés pour payer les professionnels de santé.
La caisse a indiqué la semaine dernière dans un courrier que devant les difficultés de trésorerie du Ruamm, le paiement des sommes dues à l’ensemble des acteurs de la santé serait ralenti.
De quoi provoquer l’inquiétude de la fédération des professionnels libéraux de santé. Pour la FPLS, ce « ralentissement » des paiements aura des conséquences plus importantes sur les professions libérales 


Les Républicains "contre" le texte sur la compétitivité

A la veille de l’examen de la TGC et de la compétitivité, le groupe les républicains affiche la couleur, il votera contre le second texte.
« Le temps des discussions est terminé, ce sera NON », déclaration de Pierre Frogier à 24 heures de l’examen de la loi Compétitivité- Prix au Congrès. 
Le président du Rassemblement- Les Républicains soutien le texte sur la TGC, qui sera voté par ces élus, demain jeudi, mais une fois encore estime que son corollaire sur la compétitivité bafoue les principes de son parti en matière d’économie.

 

USTKE ne fera pas la grève générale du 1er spetembre

L’USTKE appelle l’ensemble de ses adhérents et sympathisants à ne pas participer au mouvement de grève générale initié par l’intersyndicale « vie chère ».
Le syndicat fait notamment part de ses réticences quant à la loi compétitivité, et considère que la lutte contre la vie chère, c’est d’abord, la lutte "contre" la pauvreté et "pour" l’emploi.
L’USTKE, qui insiste aussi prioritairement sur l’insertion professionnelle de la jeunesse kanak, qui est , je cite, « abandonnée et livrée à elle-même ».
 
 

Dumbéa-sur-Mer aura bien son hypermarché

Le gouvernement a validé mardi la construction et l’exploitation par le groupe Hayot d’un centre commercial de 11 000 m2 dont un Géant de  4 500 m². 
En contre partie, le groupe s’est engagé à céder à la concurrence 4500 m2 de surfaces commerciales qu’il détient actuellement.
A savoir Casino Johnston / Vallée des Colons et Leader Price Rivière Salée. 
A noter que les demandes du groupe Ballande pour la création de deux grandes surfaces Hyper U à Ducos et à Païta sont toujours à l’étude. 
 
 

Disparus en mer : la province Sud poursuit les recherches

Toujours aucune nouvelle des deux pécheurs portés disparus depuis vendredi. 
Un important dispositif a été mis en place toute la journée mardi afin de retrouver les deux hommes. 
Mais les recherches sont restées  infructueuses ! Le MRCC a donc pris la décision d’interrompre les recherches. 
En revanche, à la demande de la famille, la Province Sud engagera ce mercredi son hélicoptère et les bateaux de la protection du Lagon.
Cette nouvelle opération a pour objectif de rechercher tout indice permettant de comprendre  les causes de cette disparition.
 
 

Meurtre : 20 ans de réclusion pour Anthony Win-Nemou

Anthony Win-Nemou a été condamné par la cour d’Assises d’Appel à 20 ans de réclusion criminelle. 
La peine de 22 ans prononcée en première instance était illégale, d’où l’appel du Ministère Public. Il avait requis la peine maximale pour meurtre : 30 ans de réclusion. 
Tout au long du procès, Anthony Win-Nemou a confirmé les violences régulières exercées sur sa compagne mais il a réfuté la volonté de tuer. Il a maintenu que le tir à bout portant le 26 juin 2013 sur la  jeune femme était accidentel.
 
 
 

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête