Le grand Noël des petits malades

Noël des enfants malades au Médipôle (25 décembre 2017)
© NC 1ère / Malia Noukouan | Pour Noël, les musiciens ont investi le centre de pédiatrie.

Les enfants ont ouvert leurs cadeaux dimanche soir, ou lundi matin pour les plus patients. Malheureusement, certains n’ont pas eu la chance de passer Noël en famille. C’est le cas des enfants hospitalisés au Médipôle, qui ont toutefois été gâtés par les Petits pansements du cœur.

Françoise Tromeur
Publié le , mis à jour le

Des cris de joie, des rires et des chants, l’ambiance était à la fête, ce 25 décembre, au Médipôle de Dumbéa. Le Petit papa Noël revisité de Guy Raguin et Léo a ravi les enfants hospitalisés. Les deux acolytes ont su leur redonner le sourire en cette journée particulière.

Réveillon chamboulé par une chute à la rivière

«C’est très bizarre…, avoue Shepard, treize ans. C’est différent de passer Noël à la maison et à l’hôpital. J’aurais aimé le fêter avec les cousins et les cousines.» Puis il ajoute, à propos de ces animations mises en place exprès: «Ça me touche parce qu’ils ont fait tout ça pour nous, pour qu’on passe un joyeux Noël.» A ses côtés, son père et son petit frère. Venus de Houaïlou, ils devaient tous célébrer le réveillon en famille à Nouméa. C’est finalement à l’hôpital qu’ils l’ont fait, après une mauvaise chute à la rivière.

Offrir du bonheur

Dans la salle d’animations du centre de pédiatrie, les fauteuils roulants côtoyaient les lits d’hôpitaux. Le but : offrir un Noël heureux à tous les enfants au-delà de la maladie. C’est ce qu’explique Béatrice Monnier, psychologue et présidente de l’association les Petits pansements du cœur, à l’initiative de cette journée.

«Une forte émotion dans cette petite salle»

Et la magie a opéré, au Médipôle. Les enfants étaient fascinés devant les tours de magie de Guy Raguin et les chansons des Chiens bleus, de Senada ou du duo Inu. Les artistes ont répondu présent sans hésiter, à l’instar de Fred, du groupe Les Chiens bleus. «La première fois, ça nous a tellement touchés qu’on s’est dit: "Oui, on y va", raconte-t-il. Il y a une forte émotion dans cette petite salle. Pourtant, on n’est pas soixante-dix, on n’est pas en train de faire un concert, mais tout de suite, ça se ressent.»

Noël des enfants malades au Médipôle, 4 (25 décembre 2017)
© NC 1ère / Malia Noukouan | Guy Raguin, Les Chiens bleus, Senada ou encore Inu ont participé à ce moment.

«Pour que les enfants ne s'ennuient pas»

Les artistes ont égayé la journée des enfants avec lesquels ils ont partagé des messages de paix, d’amour et de courage. Un pur moment de bonheur pour les petits et leurs parents. Un moment gratifiant, aussi, pour le personnel soignant qui a vu les petits malades s’émerveiller. «C’était très bien, c’était même rigolo. C’est bien pour que les enfants ne s’ennuient pas», dit une jeune fille de treize ans, depuis son lit d’hôpital. Son grand frère âgé de quatorze ans a préféré passer sa journée de Noël avec elle: «On est toujours ensemble, c’est pour ça que je suis là.»

Noël des enfants malades au Médipôle 2 (25 décembre 2017)
© NC 1ère / Malia Noukouan

Un grand buffet pour se changer les idées

La joie du moment masque une triste réalité. Certains petits malades confient qu'ils se sentent mal, et seuls faute de pouvoir être tout le temps avec leurs proches. Pour redonner du baume au cœur, les Disciples d’Escoffier ont préparé un grand buffet. Au menu : fruits de mer, foie gras, bûches et autres délices. De quoi ravir les papilles des enfants et leur offrir un beau repas comme s’ils étaient à la maison. «Ils sont toujours dans leurs chambres, et là c’est bien, conclut Hélène, une maman. Ça leur permet de se changer les idées et cela évite qu’ils restent enfermés.»

Le reportage de Malia Noukouan.

Noël des enfants malades au Médipôle, 3 (25 décembre 2017)
© NC 1ère / Malia Noukouan