Eramet : Christel Bories bientôt en Calédonie

christel bories
© THOMAS LAISNE | Christel Bories, Présidente-directrice générale du groupe Eramet.

Du manganèse gabonais et du nickel calédonien. Les deux piliers miniers et métallurgiques du groupe Eramet lui assurent un positionnement mondial pour les métaux et alliages stratégiques. Avant sa prise de fonction, fin mai, la prochaine PDG du groupe Christel Bories rencontre ses équipes.

Alain Jeannin Publié le , mis à jour le

Rentrée du Gabon après avoir été reçue par le chef de l’Etat gabonais et après une prise de contact avec les métallurgistes et mineurs de la Comilog, Christel Bories continue sa tournée des usines du groupe. Elle est attendue lundi à Nouméa.
 
Deuxième producteur mondial de manganèse à haute teneur, avec près de 4 millions de tonnes produites ces dernières années, la Comilog est une filiale du groupe français Eramet. Elle exploite à Moanda un gisement de minerai de manganèse de classe mondiale, avec une teneur moyenne du minerai de l’ordre de 46%. Son capital est détenu à 63,7% par Eramet, la République gabonaise en détient 28,9% : « Aujourd’hui la Comilog va un peu mieux, mais elle reste très fragile avec des cours du manganèse très volatiles », a précisé la directrice générale déléguée du groupe Eramet, Christel Bories.
 

Succession de Patrick Buffet 

Le manganèse produit au Gabon est en partie exporté aux Etats-Unis pour la fabrication des aciers industriels. Le ferromanganèse d’Eramet pourrait bénéficier d’importantes commandes si se réalise le programme à 1000 milliards de dollars que Donal Trump veut consacrer à la rénovation des infrastructures industrielles aux Etats-Unis.
 
Christel Bories prendra la succession de Patrick Buffet à l’issue de l’assemblée générale du 23 mai prochain. Celle qui a fait l’essentiel de sa carrière dans l’industrie sera en Nouvelle-Calédonie en début de semaine prochaine, vraisemblablement lundi.
 

"La transformatrice"

Elle rencontrera la direction et les équipes calédoniennes de la SLN dans un contexte marqué par un plan d’économie et de performance visant à assurer la pérennité du premier producteur mondial de ferronickel. Malgré une légère amélioration des cours du nickel au LME, les coûts de production de l’usine calédonienne sont encore trop élevés et les pertes accumulées très importantes.

Christel Bories, la « transformatrice  » au talent managérial reconnu, pourrait être accueillie par une mobilisation syndicale traditionnelle. Le syndicat calédonien des mines, la CSTNC a déclenché une grève illimitée pour dénoncer la mise en place du plan de performance visant à assurer la rentabilité de l'usine calédonienne. Il le juge trop dur. Trois cents suppressions de postes ont été prévues, sur trois ans, sous forme de non-renouvellement des départs. En comparaison, le géant minier australien Anglo-American a supprimé près de 85.000 postes en décembre 2015.