Encore trop de Calédoniens n’ont pas le permis de conduire

Mosaïque permis de conduire
© NCla1ère

Le constat est accablant : près d’un responsable d'accident mortel sur trois sur nos routes n’avait pas le permis de conduire. Ils sont nombreux à rouler sans le document. En cause, le manque d’auto-écoles, le coût des cours et pour certains, un « je-m’en-foutisme ».

Marguerite Poigoune (et CM) Publié le

Le chiffre est saisissant : 30% des conducteurs impliqués dans les accidents de voiture mortels en Nouvelle-Calédonie n’étaient pas titulaires du permis de conduire.  Et 10 à 15 % des automobilistes calédoniens rouleraient sans permis. 
Un sésame pour avoir le droit de conduire que tout le monde n’a pas, pour diverses raisons. 
 

Trop cher

Pour certains, passer le permis coûte trop cher. 130 000 francs CFP, c’est la somme en moyenne qu’une personne, n’ayant jamais conduit, doit débourser pour payer l’inscription à l’examen et une vingtaine d’heures de conduite. Certains jeunes ont la chance d’avoir des parents qui peuvent financer les cours, ou peuvent bénéficier du dispositif "permis pour l'emploi", mais pas tous.  
 

Peu d’auto-écoles en Brousse

Les écoles de conduite ne sont pas implantées dans toutes les communes de Brousse. Pour exemple, Pouébo, Hienghène, Touho, Ponérihouen et Houaïlou sont démunis de ces structures. Les gens sont obligés de se rendre à Poindimié ou à Bourail. C’est pareil pour le Nord-Ouest où seule Koumac dispose d’écoles de conduite. 
Manuel Cellard gérant d’une auto-école du Grand Nouméa a une explication : « Pour qu’il y ait une auto-école dans chaque commune, il faudrait qu’il y ait une rentabilité de l’activité. Sur Nouméa par exemple, pour un permis de conduire, on est obligé de faire 20 ou 25 heures de conduite. Ce n’est pas le cas en Brousse ».  
 

A quoi çà sert ?

Et d’autres ont leur vision du permis du conduire selon Manuel Cellard.
« Quand on va passer son permis de conduire finalement, c’est juste pour avoir l’autorisation administrative et c’est çà la vision du permis de conduire qu’on a. On ne pense pas à la vision formation, à la vision éducative du permis de conduire ». 
 

Aider les jeunes 

Mais dans le Nord, un moniteur d’auto-école a décidé de lutter contre les difficultés pour passer le permis de conduire. Il s’agit de David Wahéo. Implanté d’abord à Koumac, il a ouvert une école de conduite à Canala et tient des permanences dans les communes de Kouaoua et Thio, une fois par semaine, à la demande des maires.
« Il y a une forte demande. Les gens en ont besoin. C’est malheureux de les voir rouler sans permis et on ne s’en occupe pas. C’est surtout des jeunes de chez nous et j’essaye de les aider pour qu’ils s’en sortent, en leur facilitant le mode de paiement et en prenant du temps avec eux. Ce sont des formations annuelles, donc ils ont un an pour les régler. »
David Wahéo forme et encourage aussi des jeunes à devenir moniteur d’auto-école.