Des employés municipaux de Nouméa en grève

Grève Fédération des fonctionnaires à la mairie de Nouméa, août 2018
© Fédération des fonctionnaires | Le mouvement a été lancé à 6 heures, ce matin.

Le SFAOM, syndicat des municipalités au sein de la Fédération des fonctionnaires, a initié une grève illimitée à la mairie de Nouméa. La soixantaine de grévistes réclament une équité de traitement dans les rémunérations.
 

Françoise Tromeur
Publié le , mis à jour le

La section «communes» de la Fédération des fonctionnaires a commencé une grève illimitée à la mairie de Nouméa. Une soixantaine de grévistes, principalement employés aux ateliers municipaux, ont cessé le travail depuis ce mercredi matin. Ils réclament une équité de traitement salarial entre agents de la mairie (qui en compte un bon millier). «Pour des postes équivalents avec le même travail, il y a des rémunérations qui sont différentes», pose Johan Chaverot, le secrétaire général du SFAOM. «On voudrait qu'on remette à plat le régime indemnitaire.»

 

Refonte du régime contestée

Le syndicat conteste la refonte de ce régime telle que proposée par la municipalité. Dans le préavis de grève adressé à Sonia Lagarde le 17 août, il signale avoir voté contre en comité technique paritaire. Pour différentes raisons telles qu'«une iniquité de traitement entre les différents pôles administratifs et budgétaires de la ville» ou «la suppression des primes de nuit sans réflexion sur le temps de travail».
 

Doléances

Les grévistes demandent une commission de reclassement pour les «conventions collectives» qui ont évolué dans leur poste, la revalorisation de la grille des contractuels ou encore un rappel sur salaire pour les agents dont l'insalubrité et la dangerosité du métier n'ont été reconnues que récemment «alors que l'exposition était connue depuis longtemps».