Emmanuel Macron exprime sa "fierté que la majorité des Calédoniens ait choisi la France"

Emmanuel Macron référendum 4-11

La Nouvelle-Calédonie a choisi de rester française avec 56,7 % des voix contre 43,3 pour l'indépendance. Le président de la République s'est exprimé depuis Paris après les résultats. Retrouvez cette allocution. 

CM avec AFP Publié le , mis à jour le

Emmanuel Macron a exprimé dimanche son "immense fierté que nous ayons passé ensemble cette étape historique" après que la Nouvelle-Calédonie a choisi par référendum de rester dans le giron français.
"Je veux aussi dire la fierté pour le chef de l'État que la majorité des Calédoniens aient choisi la France", a déclaré le président de la République dans une allocution télévisée, en estimant qu'il n'y avait "pas d'autre chemin que celui du dialogue".
Selon les résultats provisoires , le non à l'indépendance l'a emporté avec 56,7 % des voix contre 43,3 % pour le oui. La participation a été massive, avec plus de 80% de votants. 

Haussariat allocution Macron
© René Molé | Le comité des sages a suivi l'allocution d'Emmanuel Macron au Haut-Commissariat avec Thierry Lataste.

"Les électeurs ont pu choisir souverainement en connaissance de cause la relation entre la Nouvelle-Calédonie et la France. Ils se sont exprimés majoritairement pour que la Nouvelle-Calédonie reste française", s'est réjoui Emmanuel Macron, qui y a vu "une marque de confiance dans la République française, dans son avenir, et dans ces valeurs: cette fierté, chacun peut la ressentir et la partager".
"Le seul vaincu est la tentation du mépris de la division, de la violence, de la peur", a encore considéré le chef de l'État. "Le seul vainqueur, c'est le processus en faveur de la paix qui porte la Nouvelle-Calédonie depuis 30 ans, l'esprit de dialogue que plus rien n'entamera", a-t-il ajouté.
"Au plan politique, il n'y a pas d'autre chemin que celui du dialogue", a martelé Emmanuel Macron, selon lequel "le gouvernement proposera aux forces politiques de Nouvelle-Calédonie de se réunir dans les prochaines semaines".

Retrouvez l’intégralité de cette allocution ici :