"Un projet qui a bien évolué" David Abeh, chef cantine au collège de Normandie

Cantine du collège de Normandie

8 ans après, le chef David dresse un bilan plutôt positif de "cantines à l'unisson" qui fait la part belle aux circuits courts, aux produits locaux, à l'anti-gaspillage et pour en finir à une alimentaiton saine pour nos chérubins.

Karine Boppdupont
Publié le

On a mis un coup de pied dans la fourmilière et nos producteurs ont pris conscience qu'il y a une grosse quantité de fruits et légumes à faire chaque jour.

Le chef rajoute que les repas dans les cantines sont au nombre de 65000 chaque jour.
Pour apporter des repas équilibrés et variés aux élèves, le challenge consistait également à trouver des circuits courts auprès de producteurs. Chose faite pour le collège de Normandie, qui possède des un réseau de maraîcher, céréales. Seul point noir : la viande de boeuf, de veau, les produits de la mer comme le thon. Ce dernier doit être commandé un mois à l'avance tandis que pour la viande vient de l'exportation.

Autre difficulté : les enfants sont habitués à un certain type de menu, et en particulier en ce qui concerne les légumes. Il existe un réél besoin d'éducation du goût par le biais de l'aspect visuel des plats, des odeurs. L'astuce de David proposer des entrées variées, les crudités sont plus facilement consommées par les jeunes.

Cantines à l'unisson : une quarantaine de cantines participent à cette édition, du Nord au Sud en passant par les îles Loyauté. A travers des menus axés sur les produits locaux, mais aussi des ateliers. 
 

VIDEO