Itinéraires

Mardi à 20h

Itinéraires

Déportés du bout du monde : un documentaire d'Itinéraires

Les déportés - Itinéraires

Dans ce documentaire, Virginie Buisson, Manuel Cormier et Max Shekleton nous racontent l’histoire poignante de leurs ancêtres, tous trois combattants de la Commune de Paris déportés en Nouvelle-Calédonie.

NC1ere
Publié le , mis à jour le

Au soir de la semaine sanglante, le 28 mai 1871, s’achève la Commune de Paris qui a vu la révolte parisienne vaincue après une répression féroce. Les combattants qui n’ont pas été tués au combat ou fusillés à la suite de procès expéditifs vont être faits prisonniers et déportés dans les bagnes de Nouvelle-Calédonie.

C’est cette histoire, celle de Honoré Bonnaventure, Victor François Cormier et Étienne Henri Manjon, leurs ancêtres communards déportés politiques, que nous racontent nos trois protagonistes. L’historien calédonien Louis Lagarde vient compléter et éclairer le récit de ces personnages grâce à un regard distancié et documenté.

L'histoire est méconnue mais elle est encore bien vivante dans le cœur des descendants. En 1871, alors que la population parisienne refuse la capitulation de la France et l’armistice face à la Prusse, un mouvement révolutionnaire voit le jour : La Commune de Paris. Débutée en mars 1871, elle s’achève le 28 mai de la même année, de façon tragique, par la défaite des communards.

Environ 35000 morts seront recensés, 3898 hommes et 30 femmes seront condamnés à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Plus de 400 d’entre eux n’en reviendront jamais. Seulement une centaine d'entre eux décideront de rester en terre calédonienne.

Les déportés - Itinéraires

Respect et admiration

 

Alors que la Calédonie s'apprête à célébrer les 150 ans de la commune de Paris, NC la 1ère a choisi de consacrer son prochain numéro d'Itinéraires à l'histoire de ces déportés du bout du monde. À travers les témoignages de cinq descendants calédoniens, Denis Buttner, le réalisateur, raconte les conditions de vie de ces femmes et ces hommes, retenus, pour la plupart, dans les bagnes de Nouvelle-Calédonie. “ À travers leurs récits passionnants et émouvants, empreints de respect et d’admiration envers leurs ancêtres déportés, nous prenons la mesure de ce qu’ont représenté ces événements tragiques”, affirme-t-il. Leurs récits, agrémentés d'images d'archive ou de séquences tournées sur des lieux historiques mettent en exergue "la mécanique répressive qui s'est mise en marche à l'époque, et ses conséquences dramatiques sur la vie des déportés".

 

 

 

Réalisation : Denis Buttner - Genre Documentaire, histoire


Durée : 52 min


Image : Maï Le Flochmoën, Chloé Boutin et Nicolas Habas
Son : Maxime Brillou, Robin Gorget, Olivier Gil
Journaliste : Mathurin Derel
Montage : Léa Troulard
Animations : Fred Aujas


Musique originale composée, interprétée et dirigée par : Jeanne-Peri Foucault
Avec les voix de : Juliette Léger et Jonas Baderou


Une coproduction JPL Productions, AVcom et France Télévisions