Itinéraires

Mardi à 20h

Itinéraires

Amours et quelques tabous

Amours et quelques tabous

De Nouméa aux îles Loyauté, la Calédonie n'a jamais autant bougé. Les moyens de communication redéfinissent au quotidien les distances géographiques et sociales entre les Calédoniens. Mais cette petite révolution s'applique-t-elle aussi à l'amour ? 

Karine Boppdupont
Publié le , mis à jour le

D'une île à l'autre, d'une culture à l'autre, comment l'amour circule sur le Caillou ? Amours naissantes ou couples plus âgés, issus de la même communauté ou couples mixtes, huit couples racontent leur histoire, de leurs premiers regards à leurs vies aujourd'hui... et un peu de leur Calédonie.
 

Extrait

 


L’amour, je le compare à un vase. À l’époque de mes parents, dès que ce vase se cassait, on le réparait. Alors que maintenant, dès qu’on le casse, tout simplement on change de vase, on change de personne. Peut-être [vivons-nous] dans un monde (...) en manque d’amour.

Tish


Ils ont accepté de livrer quelques bribes de leur histoire d’amour. Celle qu’ils vivent au grand jour depuis de longs mois ou plusieurs décennies. Ils n’ont ni le même âge ni les mêmes origines, certains logent en ville quand d’autres habitent en brousse. En revenant sur leur rencontre et la manière dont leur relation s’est construite, ils dévoilent un peu de l’histoire de ce « caillou » où les uns ont vu le jour quand les autres s’y sont installés pour le restant de leur vie. Philippe le Tarnais explique être successivement tombé en amour du lieu puis de Martine, « broussarde et nouméenne à la fois ». Pour Agnès et Alain, kanaks, il est inhabituel de s’épancher. Si leur rencontre date de 1973, leur mariage coutumier n’était toujours pas célébré. Alors, pour que femme et enfants « rentrent dans la maison », Alain s’est décidé à régulariser la situation. Respectant ainsi la culture kanak. Pour Bergé, chef coutumier, « beaucoup de choses ont changé aujourd’hui avec la nouvelle génération. On vit de modernisme. Les choses ne se passent plus comme elles se passaient auparavant ». L’époque des mariages arrangés est révolue. Du moins en Nouvelle-Calédonie.

L’amour et la sexualité sont des apprentissages. Ce n’est pas inné. Si on compare avec les Européens et les Latins qui ont tendance à être démonstratifs, à se toucher dans la rue, à se prendre par la main, il y a beaucoup de cultures (...) pour qui cela ne se fait pas. Ce n’est pas de la pudeur, c’est dans les codes sociaux : on ne montre pas de gestes particuliers d’affection avec la personne qu’on aime.

Charlotte, thérapeute et youtubeuse


Dans ces archipels à la population métissée, il n’est pas rare d’unir rites et coutumes pour ne froisser personne. Mais nombreux sont ceux à désirer célébrer leur mariage à leur image. Franceska et Vicky ont ainsi organisé leur union en boîte de nuit – ce lieu où tout a commencé et où ils se retrouvent régulièrement –, avec une célébration laïque au bord de l’eau. Si Aurélie et Danny n’ont pas encore pas franchi le pas, Pablöw, l’Italo-Indonésien, raconte s’être rendu seul chez ses futurs beaux-parents kanaks pour « réserver la fille et l’enfant qu’elle portait ». Une demande en mariage qui a beaucoup impressionné les parents d’Emmanuelle, puisque habituellement c’est tout un clan qui se déplace pour un tel événement.

Revoir l'émission