Itinéraires

Mardi à 20h

Itinéraires

Les étoiles du Pacifique du 7 avril 2015

circus of samoa

L'histoire du cirque qui se produit dans tout le Pacifique depuis des années : le Magic circus of Samoa. (pas de droits de diffusion sur internet). Retrouvez la bande annonce, et le mot du réalisateur.

Karine Boppdupont
Publié le , mis à jour le

La bande annonce


Au milieu des années 80, Bruno Loyale découvre l’océan Pacifique et décide d’en faire sa nouvelle piste aux étoiles. Cet artiste
américain d’origine française a alors 15 ans de trapèze derrière lui et dirige le cirque familial monté par ses parents. «Dans ces îles, s’exclame-t-il, personne n’a jamais vu de lions, de trapèze ni de clown ! Je vais leur faire découvrir tout ça !». Bruno emmène alors sa troupe aux îles Samoa, l’un des archipels les plus isolés de cet immense océan. Le Magic Circus of Samoa est né ! Depuis plus d’un quart de siècle, tous les ans, le cirque effectue une tournée de plusieurs milliers de kilomètres à travers le
Pacifique.
Au fil de ces voyages, Bruno a lui-même recruté et formé la plupart des trapézistes, jongleurs, clowns et magiciens qui composent le Magic Circus of Samoa. Ensemble, ils ont visité toutes les îles du Pacifique, jusqu’en Papouasie.
Pendant une dizaine d’années, elle possédait même son propre bateau, floqué aux couleurs du magic Circus. Un naufrage survenu au Tuvalu l’envoya hélas par le fond.
Pour la saison 2013, Bruno Loyale est allé chercher de nouveaux artistes au Népal mais aussi au Maroc. Ces derniers se joindront aux fidjiens, samoans, «vanuatais» et autres «salomoniens». A chaque escale, depuis 30 ans, un public fidèle vient assister en masse aux numéros incroyables réalisés par des artistes venus de tout le Pacifique, d’Amérique latine ou d’Asie. Un cirque unique pour une piste aux étoiles hors-norme !
Auteur-réalisateurs : Régis MICHEL et François DEVAUX

L’HISTOIRE DU FILM PAR RÉGIS MICHEL

L’histoire n’est pas banale ! C’est un cirque, un vrai, avec des clowns hilarants, des trapézistes incroyables et de grands numéros
! Une troupe d’artistes venu des quatre coins de l’océan qui se balade d’île en île depuis presque trente ans, à travers le Pacifique… Ne cherchez pas, il n’y en a pas d’autre ! L’art du cirque est unique car il manie à volonté la poésie, la drôlerie, le danger et le spectaculaire. L’histoire du Magic Circus of Samoa en fait une troupe plus magique et plus incroyable encore ! Pensez-donc, alors qu’il était de passage à Hawaï, Bruno Loyale tomba amoureux du Pacifique et conçut d’y faire voyager sa troupe au grand complet. Et il y parvint ! Au début des années 90, il sauva de la casse un ancien cargo néo-zélandais et s’en servit pour transporter artistes, femmes, enfants et une ménagerie composée de lions, de singes, d’ours et même d’un éléphant.
Cette véritable « arche de Noé » faisait alors grosse impression à chacune de ses arrivées dans les îles très chrétiennes de la Mélanésie ou de la Micronésie ! L’histoire aurait pu s’arrêter en 1999, lorsque le bateau coula au large des Tuvalu. Par la suite, des règlements sanitaires draconiens empêchèrent la troupe de circuler avec ses animaux. Puis les législations entre Etats se firent également plus strictes… mais rien n’arrêta bruno Loyale et son Magic Circus of Samoa. L’histoire est belle aussi parce qu’elle dure depuis si longtemps. Bruno dit d’ailleurs qu’il ne pourra plus faire marche arrière. Né aux Etats-Unis, d’un père français et d’une mère italienne, il dit qu’il est un citoyen du monde, tout simplement. Pour brouiller un peu plus les pistes, il a même acquis la nationalité samoane et a été adoubé par les grands chefs de l’île comme un des leurs. A Apia, il est donc « Tupaï Bruno», le seul grand chef blanc de l’histoire de ce petit archipel du Pacifique! Durant l’hiver 2011, nous avons accompagné le Magic Circus pour un mois de tournage entre l’île d’Apia et celle de Savaï. Le film que nous en avons ramené, un « 26’ » pour l’émission Thalassa, montre évidemment peu de choses de cette formidable aventure. Deux escales d’une histoire qui en compte des centaines dans des îles aussi diverses que celles de la Polynésie française, du Vanuatu, du lointain Kiribati ou de l’inquiétante Papouasie. C’est dans la durée que nous pourrions raconter au mieux cette fable incroyable. Les membres du Magic Circus, la bande à Bruno, composent une sacrée mosaïque humaine. Il y a là Mico, l’un des meilleurs jongleurs du monde venu de son lointain Vénézuela, sa femme Jamie, colombienne, qui a, dit-elle, fui les cartels de la drogue et trouvé dans le Pacifique un véritable paradis. Et puis, il y a Tussi Tala, ancien pêcheur devenu trapéziste, les samoans Fili-fili, Talavé ou Bénina, Gilberto et Tamara du Brésil, ou encore Jackson des îles Salomons. En cuisine, ce sont Johnson, le chef fidjien et Miki, son assistant népalais… Bruno Loyale a longtemps fui les caméras et la « Une » des journaux. Hors de son chapiteau, il n’a guère envie que l’on parle de lui, dit-il. Le gaillard n’est pas timide, juste humble, méfiant et d’un caractère pas facile. A distance, nous avons mis plusieurs années à le convaincre de nous laisser filmer. Lorsqu’il donna enfin son accord et que nous débarquâmes à Apia, il restait encore à sceller entre nous un pacte de confiance. « Je suis un chef samoan et lorsque je donne ma confiance, dit-il, c’est irréversible! J’espère que je peux aussi m’honorer de votre confiance ? ajouta-til». Bruno n’a pas seulement adopté les tatouages traditionnels des guerriers samoans, il a surtout, dit-il, embrassé les valeurs des peuples du Pacifique. Le cirque est une famille et, dans une famille, la loyauté est la première des vertus ! Avant même que nous ne tournions une seule image, Bruno voulait nous rappeler ce principe. Alors que le Magic Circus se produisait à Papeete, sur TV5, il pût voir le reportage que nous avions tourné. Il nous appela aussitôt pour dire combien le film lui plaisait, qu’il avait eu tort de se méfier de notre caméra et que nous étions invités à le filmer à nouveau.
Régis MICHEL