Des factures d’eau salées à Nouméa.

Invité de la matinale

Anne-Claire Lévêque recevait ce lunidi 3 août, Didier Pouzou, le directeur général de la Calédonienne des Eaux

NC1ere
Publié le

Que se passe t-il pour un certain nombre de consommateurs de la commune de Nouméa, sur le doublement de la facture d'eau ? C'est la question que les consommateurs se posent depuis la réception de leur dernière facture.
 

Des facturations décalées


La Calédonienne des eaux, qui reconnait le problème, affirme que certains quartiers de la capitale seraient soumis à une facturation décalée en raison d’un changement dans les méthodes de relève. Le montant de leur facture, correspond bien à ce qu'ils ont consommé à date de la relève.
C'est 1/3 des consommateurs de Nouméa qui est concerné par cette facturation décalée, qui elle, ne correspond pas à 90 jours mais peu correspondre jusqu'à 136 jours c'est le maximum, de consommation. Didier Pouzou, directeur général de la Calédonienne des eaux, tient cependant à préciser qu'il ne faut pas voir en cette facturation, une envolée des tarifs de l'opérateur. 


Un confinement qui a, lui aussi, contribué à cette augmentation


Une consommation facturée à Nouméa environ 370 francs CFP le mètre cube d’eau, assainissement compris. Car si l’eau est gratuite en l’état naturel, elle n’est pas pour autant potable. Le prix de l’eau du robinet correspond donc à l’ensemble des services nécessaires pour la capter, la traiter, la distribuer et la dépolluer 24h/24, 7j/7.
Mais depuis quelques mois, les consommateurs sont sujets à 3% de taxe supplémentaires. Et à cela s’ajoute l’effet Covid.
« Les gens ont été confinés un mois chez eux entre la mi-mars et la mi-avril et forcément quand on est chez soi et pas au travail, on consomme plus d’eau à la maison avec les enfants qui sont là, c’est aussi des gens qui ont profité de cette période là pour faire des opérations de nettoyage, et donc ça se révèle sur la facture » explique Didier Pouzou. 
La Calédonienne des eaux, qui compte à ce jour 68 000 abonnés dans le Grand Nouméa, Boulouparis, La Foa et Koumac, affirme que la situation devrait se régulariser d’ici la fin de l’année.