L'Association des Entrepreneurs Kanak, fête ses un an

Invité de la matinale mercredi 26 août

Charlotte Mestre recevait ce mercredi 26 août, Jules Nekoeng, Trésorier de l'Association des Entrepreneurs Kanak (AEK)

NC1ere
Publié le , mis à jour le

L'Association des Entrepreneurs Kanak (AEK), tire un bilan très positif malgré l'impact du Covid-19 sur ces " un an " d'existence. Pour rappel, l'assemblée générale constitutive de l'association s'était tenue en août 2019, depuis cette date, l'association a réalisé plusieurs initiatives, telles qu'un premier séminaire en décembre 2019, puis a rencontré un certain nombre d'acteurs économiques, participé aux débats engagés par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie sur la loi de la relance économique du pays. 
Différentes rencontres, de personnalités politiques, d'acteurs économiques, telles que les organisations patronales que sont le MEDEF, la FINC, la CPME etc... ont déjà été effectuées par l'association à l'issue desquelles, constat a été fait, qu'aujourd'hui, l'entreprenariat kanak est complètement absent du débat publique, mais également inaudible au niveau des propositions faites. L'AEK se félicite de l'accueil favorable de sa création, par les différents acteurs de la vie politique et économique du pays.

L'AEK tire un bilan très positif de cette première année d'existence, le 15 août dernier elle a organisé un séminaire sur le développement sur la commune de Voh en Province nord, et tente de décentraliser ses actions sur le terrain en essayant d'être plus proche de ses adhérents. 
Un bilan positif dans le sens où elle a déjà rassemblé les entrepreneurs. Dans un premier temps, l'association va écouter leurs doléances, recenser leurs besoins, dans un second temps, des dispositifs qui correspondent aux besoins exprimés par les entreprises kanak de l'association seront mis en place. Son trésorier, Jules Nekoeng tient a souligner, que l'AEK n'est pas une association sectaire ou communautaire, si pour l'instant elle regroupe uniquement que des entrepreneurs kanak, c'est parce que l'entreprenariat kanak rencontre des difficultés qui lui sont propres, comme le foncier par exemple. Paradoxalement en zone coutumière il y a de la terre des espaces libres et aujourd'hui des promoteurs ont du mal à mettre en place leur projet parce qu'ils ne trouvent pas de foncier pour réaliser leur projet.

En septembre, l'AEK va mettre en place une formation sur les appels d'offres, en effet l'AEK constate que bon nombre d'entreprises kanak n'arrivent pas à répondre à des appels d'offres, cette formation qui est entrain d'être finalisée devrait les aider à pouvoir, désormais, répondre à des appels d'offres.