Avant de glisser son bulletin dans l’urne pour les futurs scrutins, d’abord le referendum le 4 novembre, puis les provinciales en mai 2019, il faut figurer sur les listes électorales.

3 listes électorales différentes

Dans le contexte institutionnel particulier de la Nouvelle-Calédonie, il y a 3 listes différentes. La liste générale, qui concerne tous les scrutins hors referendum et provinciales, la liste électorale spéciale provinciales, pour élire les membres des assemblées de province et du Congrès, et enfin la liste électorale spéciale consultation, pour le referendum du 4 novembre.
Pour les personnes qui résident en Nouvelle-Calédonie sans y être nées, le droit de vote est accordé selon certains critères qui témoignent de l’attachement d’une personne à la Nouvelle-Calédonie.
Ainsi pour voter aux élections provinciales, 1988 et 1998 sont les deux dates clé. Les cas particuliers concernent les personnes arrivées dans le pays entre 1988 et 1998, elles doivent répondre à des certaines conditions.
Laurent Cabrera, secrétaire général du Haut-Commissariat

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


S'inscrire sur la liste référendaire

Pour le referendum du 4 novembre, figurer sur la liste électorale spéciale provinciales est un atout, mais pas seulement. L’attachement au pays doit être ancien et fort, comme 20 ans de résidence à partir de 1994.
Parmi les personnes pas encore inscrites, il y a les jeunes futurs majeurs, ceux qui auront 18 ans cette année, jusqu’au 3 novembre inclus. Ils peuvent encore formuler une demande d’inscription sur la liste de consultation pour le referendum. Cela concerne surtout les non natifs qui ne bénéficieront pas d’une inscription d’office.
Patricia Van Ryswyck, adjointe au maire de Nouméa, chargée de l’état civil

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


Enfin pour les listes complémentaires, les commissions administratives spéciales vont statuer dans les semaines à venir. Les listes définitives seront connues en août et septembre, elles seront consultables dans les mairies.