L’égalité entre hommes et femmes commence à l’école 

Label 3E Education à l'égalité à l'école
© Alix Madec

Obtenir le label 3E, éducation à l'égalité à l'école, c'est l'objectif des professeurs et élèves de divers établissements du territoire, venus en nombre au centre culturel Tjibaou ce jeudi. Pour la journée consacrée à l'égalité des genres, tous se sont réunis afin de présenter leurs projets.

Alix Madec, Caroline Antic-Martin et Fabien Cailleau (CM) Publié le , mis à jour le

Favoriser l'égalité des genres dès le plus jeune âge, c'est l'objectif du label 3E, éducation et égalité à l'école lancé en 2015 par le Vice-Rectorat. Une reconnaissance pour les collèges et lycées du territoire qui atteste de leur engagement en faveur de l'égalité homme-femme. 38% des établissements scolaires calédoniens ont obtenu ce précieux sésame. Et ce sont les élèves eux-mêmes qui sont à l'origine de leurs projets de candidature. Ils se sont réunis au Centre Culturel Tjibaou ce jeudi, dans le cadre d'une journée dédiée à l'égalité des genres. 
 

Les garçons aussi sont touchés

Pour Louane élève à Blaise Pascal à l'origine d'un court-métrage sur les choix de filières, l'égalité concerne tant les femmes que les hommes : « Je suis dans une classe de Première L, et il y a deux garçons sur 21 élèves, et dans toutes les classes de L, çà a toujours été comme çà. Je trouve çà désespérant parce que les hommes sont dévalorisés en tant qu’artistes, on leur dit « vous ne pouvez pas être des artistes, vous devez être forts, vous devez être virils, vous ferez des projets d’industrie, vous serez patrons mais vous ne serez pas artistes ». Donc c’est l’égalité filles-garçons même si dans ce genre d’égalité, on entend souvent que les filles sont défavorisées, les garçons le sont aussi et il ne faut pas mettre çà de côté ». 

Les garçons aussi se mobilisent pour l’égalité des genres à l’instar d’Evans Pascal, étudiant en BTS gestion PME. Avec ses camarades, il lance une gamme de tote bags sur lesquels apparaîtront des phrases féministes. La collection sera présentée au public lors de la fashion week en octobre prochain.

Wilfried Kawiel, alias Wyka, 16ans, a écrit et interprété un slam que vous pouvez découvrir ci-dessous : 

 

Des élèves impliqués

Une implication massive des élèves qui ravit Sylvie Labrouche, professeur de lettres moderne au Lycée Blaise Pascal qui coordonne le projet.
« Au niveau du système éducatif, donner l’égalité des chances aux filles comme aux garçons, pour consolider leur parcours scolaire et avoir le futur qu’ils désirent. Nous tenons à ce que nos élèves soient complètement actifs dans ce processus, qu’ils s’investissent et  qu’ils proposent des projets ». 
Une mission pour le moins nécessaire qui prend de l'ampleur au cœur des établissements du territoire et qui devrait continuer à porter la voix de l'égalité dès le plus jeune âge. 
Le reportage de Caroline Antic-Martin et Fabien Cailleau