La délégation calédonienne en route pour le festival des Arts mélanésiens

Départ de la délégation calédonienne pour le festival des arts mélanésiens 2018
© NC la 1ère / Cédrick Wakahugnème | Choristes ou slameuse, ces habitantes du Grand Nord font partie de la délégation.

Le festival des Arts mélanésiens commence dimanche aux Salomon, avec notamment l'ambition de créer des espaces d’échange autour des pratiques et des savoir-faire. Plus de 120 artistes représenteront la Calédonie. A la veille de leur départ, nous avons rencontré la délégation du Grand Nord. 

Cédrick Wakahugnème, avec F.T. Publié le , mis à jour le

Ils sont en chemin pour le sixième festival des Arts mélanésiens. Les artistes des différentes aires coutumières prenaient l’avion, ce jeudi matin, à destination des îles Salomon. L'événement organisé tous les quatre ans se déroulera du 1er au 10 juillet et comme en 1998, il se tiendra à Honiara, avec pour thème les souvenirs passés et les connections futures.
 

Méré la slameuse

«C’est une opportunité, pour moi, de partager ma passion. Et notamment une grande découverte car c’est la première fois que je vais aux îles Salomon», confiait Méré Boahoumé-Arhou, slameuse depuis dix ans, à la veille du grand départ. Celle qui a conquis la scène de plusieurs festivals, dont celui des Arts du pays, fait désormais partie de la délégation calédonienne. Une artiste complète: également conteuse, elle s’adonne aussi à l’écriture dans l’optique de promouvoir sa langue vernaculaire. «A travers le slam, on passe énormément de messages. C’est un véritable moyen d’expression», insiste l’artiste.
 

Le discours généalogique d'Edmond

Retraité de la municipalité de Kaala-Gomen, Edmond Tein-Wayo s'avoue quelque peu stressé. C’est la première fois qu’il quitte sa région de Hoot Ma Waap et la Calédonie pour rejoindre un pays du Pacifique. Il prend d’ailleurs son rôle très au sérieux, il est chargé de transmettre le discours généalogique de sa commune d’origine. «J’irai pour parler au nom de tous les clans, confie le sexagénaire. J’ai ainsi une grande responsabilité vis-à-vis de la chefferie car on ne fait pas souvent le discours généalogique. On le fait par exemple à la naissance d’un petit-chef ou au décès d’un grand chef.»
 

La chorale de Robert et des femmes de Yambé

Dans le bus qui va les amener à l'aéroport, une douzaine de personne sont installées. Il s’agit de la chorale de Yambé, dans le Nord-Est de la Grande terre, sur la commune de Pweevo. Des femmes en grande nombre qui quittent également pour la première fois la Calédonie. Robert Nunéwaie accompagne la délégation. «Notre chorale existe depuis plusieurs années, indique le chef d’orchestre. Ce sont le plus souvent nos anciens et les missions de l’église qui nous appris à chanter, le do et les taperas. L’idée de ce déplacement est d’échanger avec les pays de la Mélanésie.»
 

Partage culturel

Au total, plus de 120 festivaliers calédoniens se dirigent vers la capitale des Salomon. Ils ont été sélectionnés lors du festival des Arts du pays. A Honiara, ils pourront montrer leur savoir-faire et surtout s’engager dans un véritable partage culturel avec les Etats mélanésiens. 
 
Logo du festival des Arts mélanésiens 2018