Débrayage à l'OPT pour «alerter» sur les conséquences d'un nouveau système

Débrayage entre 8 heures et 8h55, le lundi 15 octobre, devant l'agence «entreprises» de l'OPT.
© Lionel Woreth | Débrayage entre 8 heures et 8h55, le lundi 15 octobre, devant l'agence «entreprises» de l'OPT.

La modernisation de l’OPT se fait parfois au détriment de ses agents, estiment les six syndicats représentatifs de l'Office, qui appelaient à débrayer ce lundi matin. Dans leur viseur, le nouveau système d'information télécoms. Un plan d'actions a été établi avec la direction.

Malia Noukouan, avec F.T. Publié le , mis à jour le

[MISE A JOUR DE LUNDI SOIR]

Syndicats et direction de l’OPT se sont engagés ce lundi après-midi à mener un plan d’action. Son but: améliorer le service rendu aux clients alors que le nouveau système d’information complique la tâche pour les équipes comme pour les usagers. C'est pour cette raison qu'une partie des salariés ont débrayé pendant 55 minutes, ce matin. Ils répondaient à l'appel d'une intersyndicale réunissant les six organisations représentative de l'Office. Ce débrayage a été visible à l’agence «entreprises» de Nouméa, rue Gallieni, et dans plusieurs agences du pays.
 

«Conditions de travail qui se dégradent»…

Dans le viseur, donc, le nouveau système d’information télécoms de l’OPT. Nommé «Convergence», il a été installé dans le cadre de la mise en place de la fibre optique. Ce logiciel sert au traitement des abonnements et des facturations. Or depuis son déploiement, le 23 juillet dernier, les agents qui l’utilisent rencontrent selon l'intersyndicale beaucoup de problèmes, notamment techniques et organisationnels. Les syndicats dénoncent des conditions de travail dégradées, qui se répercutent sur la qualité du service.
 

…«et qui dégradent les conditions d'accueil de la clientèle»

«Tous les techniciens et les commerciaux qui sont sur ce logiciel n'arrêtent pas d'alerter sur leurs conditions de travail qui se dégradent, et qui dégradent aussi les conditions d'accueil de la clientèle», relatait ce lundi matin Lionel Woreth, du SFAO-OPT. Il est le porte-parole de l’intersyndicale. «Un commercial peut se retrouver en face d'un client pendant plus d'une demi-heure, voire trois quarts d'heure, sans pouvoir réussir à mettre en service ou à lui faire signer son abonnement par rapport à la fibre optique.»
Ecoutez Lionel Woreth, joint par Malia Noukouan.
 

Rencontre avec la direction

Mais dans l'après-midi, l'intersyndicale et la direction de l'OPT ont échangé autour de cette problématique de Convergence. «Nous avons rencontré les principaux centres qui étaient concernés, c’est un travail qu’on mène depuis une quinzaine de jours, donc on était bien au fait des difficultés que pouvaient rencontrer nos équipes, précise Auxence Fafin, directeur général adjoint en charge du numérique. De ça, on a pu proposer un plan d’actions qui se décline avec des actions à court terme et des actions à un peu plus long terme.»
Ecoutez-le, il est joint par Frédérique Machoro.