Dans les coulisses de Newrest : ce qui a vraiment changé

newrest
© Brigitte Whaap / La 1ère

A l’issue de travaux menés durant trois mois, l’entreprise de restauration industrielle a ouvert ses portes aux médias pour présenter sa chaîne de production. Pointée du doigt en 2018 lors de la série des intoxications alimentaires, Newrest cherche aujourd’hui à démystifier sa cuisine centrale.

Malia Noukouan avec L.A Publié le , mis à jour le

La cuisine centrale est le point névralgique de la Restauration Française. Chaque jour, 20 000 repas y sont préparés. Newrest a investi dans cet espace 200 millions de francs pour la rénovation et l’achat de nouveaux équipements plus performants et informatisés en lien direct avec les affaires sanitaires. 
 

La totalité des enregistrements effectués est à disposition des services du SIVAP, au cas où il y aurait un problème, de type suspicion de toxi-infection par exemple.

- Bruno Hériché, directeur de Newrest 

 

newrest
© La 1ère


Une plus grande traçabilité 


Depuis la rentrée, Newrest a renforcé ses contrôles à chaque étape de la production. La traçabilité des produits est mieux maîtrisée, conformément aux préconisations des experts. Les équipes assurent qu'elles veillent, à chaque seconde, au respect des normes de sécurité alimentaire. 
 

On contrôle les chambres froides, si elles sont à bonne température, on contrôle la matière première quand elle arrive et tous les produits qui entrent dans un menu. 

- Marie-Stella Pagatélé, responsable Qualité Hygiène Sécurité 

 

newrest
© La 1ère


De meilleures conditions de travail 


1400 mètres carré de surface (sur les 1700 que compte l’entreprise) ont été entièrement rénovés. Newrest s’est également doté de nouveaux outils, qui contribuent notamment à l’amélioration des conditions de travail des 140 salariés. 
 

Nous avons davantage d’espace pour travailler, du coup une nouvelle organisation a été définie. Le circuit de denrées dont nous disposons est assez simple, il nous permet d’avoir un visu sur toute anomalie.

- Kévin Vaisala, responsable du magasin 


Newrest en opération reconquête 


La série des intoxications alimentaires de l’an dernier pèse encore sur les épaules de Newrest. Les couacs de la rentrée sont présentés comme une erreur de communication. Mais aujourd’hui, le directeur Bruno Hériché se veut plus rassurant.
 

On a revu toute notre organisation, notre plan de maitrise sanitaire, on l’a renforcé avec du matériel, de la formation, des investissements et voilà : on souhaite être un acteur reconnu pour notre savoir-faire et on va travailler sur la qualité même si on a encore des progrès à faire. 

- Bruno Hériché, directeur de Newrest 


Au total, l’entreprise de restauration collective a investi 440 millions de francs durant ces 90 jours de travaux. Pour rassurer les parents, Newrest leur a promis des visites de ses locaux prochainement.

Le reportage de Brigitte Whaap et Claude Lindor diffusé ce mercredi 20 mars 2019 dans le JT de 19h30 :