Comment les transports en commun s’adaptent au coronavirus ?

transport en commun coronavirus
© Cédrick Wakahugnème

Depuis samedi, le SMTU a réduit son offre sur les réseaux Tanéo et Néobus. Face au coronavirus, l’opérateur de transport public a également pris des mesures de sécurité pour protéger les usagers et son personnel.
 

Cédrick Wakahugnème (S.R) Publié le , mis à jour le

Depuis lundi, le port du masque et des gants est obligatoire pour les chauffeurs de bus. Françoise Malo devra donc s’en accommoder. « Le coronavirus est là en Calédonie. Et cela me fait peur », déclare le chauffeur de Néobus, « c’est un virus invisible d’où l’importance de porter un masque ».
 

Des mesures préventives mises en place 

Au sein du réseau interurbain, plusieurs mesures de protection ont été prises comme la désinfection des bus à la fin de chaque service, l’accès au gel hydroalcoolique et la mise en place de cabines de protection. En revanche, pas de mesures particulières pour les usagers « j’ai remarqué que les chauffeurs sont bien protégés » affirme une habituée du réseau, « alors que nous, non. C’est toute la différence. Nous n’avons pas de masque ».
transport en commun coronavirus
© Cédrick Wakahugnème
 

Baisse du trafic

Dans ce contexte d’épidémie, le SMTU revoit son offre de transport à la baisse. 30% du trafic sera assuré en moyenne. 11 000 voyages pour le Néobus contre 4800 en semaine désormais. « Notre priorité est de rassurer et de sécuriser le personnel », indique Hervé Stenfort, le PDG de Carsud, « nous avons eu des discussions avec le personnel et les partenaires sociaux. Nous devons également rassurer nos usagers ».


Priorité aux personnels soignants

Le SMTU laisse la priorité aux soignants. « Au fur et à mesure, nous allons revoir notre organisation », déclare Marie Morel, chargée de communication, « On invite les gens à se déplacer uniquement en cas d’urgence ». Une réalité parfois difficile à prendre en compte pour certains usagers « c’est vraiment pas facile. J’ai besoin du bus pour aller au travail. Les jours à venir seront difficiles », d’autres en revanche relativisent « le bus est notre seul moyen de déplacement, mais le virus est désormais sur le territoire alors il faut que la population soit forte et que chacun reste confiné à la maison ».
transport en commun coronavirus
© Cédrick Wakahugnème
Depuis lundi, les usagers utilisent les automates. Les espaces de vente Tanéo sont en effet fermés au public.