Ouvéa : le comité Gossanah manifeste devant la gendarmerie de Fayaoué

Ouvéa : comité Gossanah mobilisé devant la gendarmerie de Fayaoué

Dès l'annonce de l'arrivée du président de la République à Ouvéa-Iaai, le comité Gossanah s'est opposé à sa présence sur la tombe des 19 indépendantistes kanak morts le 5 mai 1988.
30 ans après, jour pour jour, Emmanuel Macron devrait se recueillir à Hwadrilla sur leur stèle.

Jeannette Peteisi et Nadine Goapana Publié le , mis à jour le

A Ouvéa à 3 jours des 30 ans de  la prise d’otages d’Ouvéa, retour sur l’ambiance qui règne sur l’île partagée entre, d'un côté, le Comité du 5 mai et de l'autre, le collectif de Gossanah.
Le premier se prépare à accueillir le président de la République , le second s'oppose fermement à sa présence sur la tombe des 19 indépendantistes kanak enterrés à Hwadrilla.
Le comité Gossanah souhaite que cet anniversaire se déroule en toute intimité, entre les familles touchées par cette tragédie.
Ce mercredi matin le collectif a manifesté devant les grilles de la gendarmerie de Fayaoué.

Ecoutez la réaction de Derewa Dianou, fils du leader kanak indépendantiste Alphonse Dianou tué lors de l’assaut de la grotte de Gossanah.


Au même moment, dans le nord de l'île, à la tribu de Wénéki, le comité 5 mai organisait sa dernière réunion d’information. L’occasion de regrouper les différents témoignages des habitants de l’île qui ont vécu les événements de 88.
Alexandre Wallepe président du Comité
Ce jeudi, le comité du 5 mai se rendra à la Province des îles pour préparer la visite d'Emmanuel Macron.

Reportage Thérèse Waia et Gael Detcheverry
OUVEA : manifestation du collectif de Gossanah