La chasse à la consommation d'alcool dans les lieux publics

Affiche «halte à l'alcool»
© NC la 1ère | Une des affiches de la campagne 2018 contre la consommation d'alcool.

Arsenal harmonisé et complété, pour combattre la consommation excessive d’alcool en Calédonie, une lutte décrétée grande cause territoriale. Le Congrès a adopté les propositions du gouvernement en la matière. Gare aux amendes administratives à 4 500 francs… 

Jeannette Peteisi, avec Françoise Tromeur Publié le , mis à jour le

Le pique-nique dans le parc avec une bouteille de vin ou une petite canette de bière, on oublie. Risqué, également, de boire dans les transports collectifs locaux, bus, avion ou bateau. La consommation d’alcool est aussi interdite dans les services publics accueillant du public, dans les établissements scolaires ou dans les lieux de formation. Avec une dérogation pour les restaurants d’application, qui forment notamment des sommeliers à servir le client…
 

Destruction de la boisson

Pour le reste, avec les dispositions adoptées ce mercredi par le Congrès, les contrevenants risquent une amende administrative de 4500 F, et de voir immédiatement détruite la boisson en question. Harmonisation des textes, aussi, pour réprimer l’ivresse publique manifeste. L'IPM est passible d’une amende de 17 900 F, qui peut être doublée en cas de récidive. 
 
Capture de l'affiche "loi sur la répression de l'ivresse pulblique», 2015
© NC La 1ère
 

Interdire par arrêté 

Et le président du gouvernement va pouvoir interdire, par arrêté, la consommation d’alcool dans des lieux publics où elle semble excessive, même s’il s’agit de débits de boissons en bonne et due forme.
 

Contrôles 

A noter que les agents de la Nouvelle-Calédonie habilités, notamment ceux de la DAE*, sont chargés de contrôler à travers tout le pays si la loi est respectée en matière de publicité, d’offre gratuite d’alcool dans un but commercial, d’obligation d’affichage dans les bars, etc. 
 
* DAE: direction des Affaires économiques