Charles Washetine, invité politique du dimanche 10 avril 2016

Charles WASHETINE
© NC 1ère

Charles Washetine était l'invité du journal télévisé de NC 1ère ce dimanche 10 avril. Le porte-parole du PALIKA est revenu, entre autre, sur la crise du nickel, sur la question du corps électoral provincial, ou encore sur la sortie de l’accord de Nouméa.

Alexandre ROSADA Publié le , mis à jour le

Sur le nickel

Concernant la menace de GLENCORE de se retirer si le four n°1 n’était pas opérationnel, Charles Washetine affirme qu’il « appartient au Pacte d’actionnariat et à Glencore d’assurer le fonctionnement de cette usine ». Pour le porte-parole du PALIKA, « la difficulté tient d’abord au contexte mondial qui est celui de la crise » et d’ajouter « que ce qui importe aujourd’hui, c’est de jouer de la solidarité ! Car c’est cela qui a été acté au dernier Comité des signataires ».
 
Concernant la question des exportations, certes le PALIKA était opposé en août 2015 dernier à ce sujet, mais le porte-parole du Parti réaffirme qu’il s’agissait de « préserver l’intérêt du Pays ». Pour Charles Washetine, à l’époque,  « chacun voulait exporter pour le compte de chacun…sans tenir compte de l’intérêt général ».

Sur les corps électoraux et le plan Marshall du sénat coutumier.

Concernant le corps électoral provincial, le porte-parole du PALIKA n’a aucune hésitation « le litige est politiquement clos ! » Le Parti s’inscrit sur ce qui a été acté au dernier Comité des signataires.
 
Pour ce qui est du Plan Marshall proposé par le Sénat coutumier, Charles Washetine est beaucoup plus réservé. Certes, l’Instance a toute la légitimité de traiter des questions relatives à l’identité kanak, « mais il ne faut pas stigmatiser la jeunesse kanak ». Il faut poser les bonnes questions ajoute-t-il ! 

Sur la question de l’Indépendance

« Il faut s’y préparer ! » Pour le porte-parole du PALIKA, les questions sur la fiscalité et sur la création de la richesse doivent être traitées au plus tôt ! Le système éducatif doit aussi être une priorité. 2016 est une année déterminante rappelle t-il ! Il faut montrer aux électeurs que la notion d’indépendance « n’est pas quelque chose d’inaccessible » ! Le PALIKA s’active donc à plancher sur la sortie de l’accord de Nouméa. Pour le Mouvement, l’objectif reste toujours l’Indépendance. Mais « Tout cela, toujours dans la négociation avec l’Etat, et avec les autres partenaires politiques ».