Chaque dugong compte…

Dugong
© Matthieu Juncker | Dugong

C’est le message que souhaite faire passer l’antenne calédonienne de l’agence des aires marines protégées.
Six ans après le premier plan  « dugong », les conclusions sont sans équivoque : les 700 spécimens recensés en Nouvelle-Calédonie sont fragiles, et menacés.

Isabelle Peltier (avec CM) Publié le , mis à jour le

Les dugongs peuvent vivre jusqu’à 70 ans et peser jusqu’à 450 kilos. Ils se nourrissent d’herbes marines, et peuvent en absorber jusqu’à 30 kilos par jour. 
La Calédonie compte entre 700 et 800 spécimens. Leur nombre a été divisé quasiment par trois ces quinze dernières années. 
Le dugong ne migre pas, et se reproduit peu : une femelle n’a que 5 à 6 petits au cours de sa vie. 
L’espèce est donc fragile ; on estime que la disparition d’un seul spécimen la met en péril. 
Et les dangers sont nombreux. 

Lionel Gardes, responsable de l’antenne calédonienne de l’agence des aires marines protégées. 

Dugongs itw Gardes 1

 
 
19 études ont été conduites sur le dugong lors des 5 années du plan d’action. Objectifs, connaître l’espèce, la protéger et informer le public, et notamment les jeunes, des caractéristiques et de la vulnérabilité de l’espèce. 
Le plan dugong 2015-2020 doit mettre l’accent sur ces deux derniers points.

Lionel Gardes, au micro d’Isabelle Peltier 

Dugongs itw Gardes 2

 
La plus grande population de dugongs se trouve en Australie, avec 70 000 spécimens. L’espèce est menacée à l’échelle mondiale.
Le braconnage des dugongs est passible d’une amende de plus de 1 million de francs CFP, et de 6 mois d’emprisonnement, avec confiscation du matériel à la clé. Il est également interdit de s’approcher d’un dugong à moins de 50 mètres. 
 

L'actu en vidéo

FESTIVAL MUSIQUE PLACE COCOTIERS