Un centre aéré à la tribu

centre de loisirs kaala gomen
© Cédrick Wakahugnème

Durant les vacances scolaires, un centre de loisirs s’est installé à tribu de Gamaï à Kaala-Gomen. A l’initiative de l’association des femmes, l’idée est de créer une dynamique au sein de la tribu. Chaque jour, de nombreuses activités sont proposées aux enfants.

Cédrick Wakahugnème (SR) Publié le , mis à jour le

Ce lundi matin, tous les regards se concentrent sur Jeanne, l’animatrice. « Aujourd’hui, nous allons faire un atelier teinture. Ecoutez bien les consignes car il faut éviter de tacher vos linges avec la peinture ». Cet atelier teinture regroupe une dizaine d'enfants de différents âges. Concentrés, ils devront apposer leurs mains imbibées de peinture sur la grande voile de couleur blanche. Chaque jour, les activités sont diverses et variées. Et elles enchantent petits et grands. « On fait des activités que l’on n’a jamais fait », confie le jeune Landry, « comme par exemple, le macramé ou le tressage de feuilles de pandanus. Nous avons fait également des sorties ». « Je m’amuse bien quand je suis au centre de vacances », poursuit Kathy, « A la maison pendant les vacances, on ne fait pas grand-chose, ici, on nous propose plein d’activités ».

centre de loisirs kaala gomen
© Cédrick Wakahugnème

Créer une dynamique au sein de la tribu

C'est l’association des femmes qui est à l’initiative de ce projet. Pour ces mères de famille, il est important de créer une dynamique dans cette tribu. Les jeunes s’impliquent eux aussi énormément. Leurs missions : préparer la cuisine pendant deux semaines. Ce matin, des fritures de maniocs accompagneront le repas du midi. « Notre association cherche à réaliser des choses au sein de la tribu afin de la rendre plus dynamique », souligne Céline Moinlaoupioh, la présidente de l’association des jeunes de la tribu de Gamaï « On prépare le repas. Le menu doit être bio et surtout équilibré pour les enfants ».

Retrouver ses repères

Au rythme de la tribu, c’est le thème de ce centre de vacances. Un centre qui souhaite maintenir les traditions tout en s’amusant mais qui veut surtout promouvoir les rencontres intergénérationnelles. « C’est très important que nous gardions nos repères avec nos us et coutumes », insiste Claudia Jarrosay Wabéalo, la directrice de ce centre, « aujourd’hui, les enfants ont tendance à s’intéresser à la technologie comme les téléphones portables, internet et quand ils rentrent à la maison, ils sont scotchés à la télé. En venant au centre, ils s’épanouissent et découvrent des choses ». Une vingtaine d’enfants participent aux innombrables activités proposées par ce centre de loisirs. Autour d’intervenants extérieurs, il est prévu notamment des confections d’objets en feuilles de coco et de pandanus.