Ce moustique vecteur du paludisme qui s'est établi en Calédonie

Anophèle bancroftii toujours là, août 2018
© NC la 1ère | Les épandages de la fin 2017 n'ont pas empêché l'anophèle bancroftii de s'établir en Calédonie.

Mauvaise nouvelle, l'anopheles bancroftii semble s'être installé durablement en Nouvelle-Calédonie. Détecté en milieu d’année 2017 vers Tontouta, ce moustique a été repéré ailleurs sur la Grande terre.

Coralie Cochin, Caroline Antic-Martin et Laura Schintu, avec F.T. Publié le , mis à jour le

Le climat calédonien semble plutôt réussir à l’anopheles brancroftii. Et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle. Ce moustique, souvenez-vous, avait été découvert en milieu d'année dernière, du côté de Tontouta. Et les gros moyens déployés n’ont pas suffi à le faire disparaître du Caillou: l’insecte a été repéré à d’autres endroits de la Grande terre. Le lundi 13 août, trois nouveaux individus étaient ainsi identifiés à Boulouparis. 
Le reportage télé de Caroline Antic-Martin et Laura Schintu.

MOUSTIQUE PALUDISME
 

A La Ouenghi 

«Ces moustiques ont été capturés le long de la rivière La Ouenghi, détaille Nicolas Pocquet, entomologiste à l’institut Pasteur. C’est à peu près à douze kilomètres de la zone où on les avait capturés l’année dernière.» Les scientifiques en concluent, entre autres, que l’anopheles brancroftii s’est reproduit, «puisqu’on en retrouve à distance: les moustiques, ça ne vit pas un an»
 
Institut Pasteur
© NC la 1ère / Laura Schintu
 

Vigilance

Très présent en Australie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ce moustique peut transmettre des maladies graves, comme le paludisme ou la filariose lymphatique. La vigilance s’impose, donc… Même si les informations à son sujet ne le présentent pas comme un vecteur majeur. Et pour transmettre le paludisme, il faudrait qu’un moustique femelle pique un malade atteint du parasite. Deux ou trois cas de «palu» sont recensés chaque année en Calédonie. Des cas à chaque fois importés de pays étrangers.  
Le reportage radio de Coralie Cochin.

 

Piqûre… de rappel

En milieu d’année dernière, on apprenait officiellement que deux nouvelles espèces de moustique avaient été détectées dans le secteur de l’aéroport international: l’anopheles bancroftii et l’aedes scutellaris. Un plan d’envergure était élaboré dans la foulée pour faire face à un risque sanitaire jugé majeur. Un dispositif estimé à 160 millions de francs.