Les capitaines de blue boat retournent en prison

Capitaine de Blue boat arrêté (3 avril 2017)
© NC 1ère (Michel Bouilliez) | Un des deux capitaines de Blue boats interceptés au large de Beautemps-Baupré est arrêté alors que les navires viennent d'être ramenés au port autonome, ce lundi 3 avril.

Les capitaines des deux bateaux de pêche vietnamiens araisonnés le 31 mars dans les eaux territoriales de la Nouvelle-Calédonie ont été jugés ce vendredi, en comparution immédiate. Ils ont été tous deux condamnés, et leur maintien en détention a été ordonné. 

Sheima Riahi et Françoise Tromeur Publié le , mis à jour le

Un nouvel épisode s'est joué ce vendredi matin dans l'affaire, sensible, des Blue boats vietnamiens qui pêchent illégalement dans nos eaux. Un épisode judiciaire. Les capitaines des deux bateaux araisonnés le vendredi 31 mars, non loin de l'archipel de Beautemps-Baupré, ont été condamnés. Huit mois de prison pour l'un. Dix mois pour l'autre, qui avait des parts dans le bateau qu'il commandait. Leur maintien en détention a été ordonné.

Repérés par avion 

Direction le Camp-Est, donc, pour ces deux hommes qui étaient poursuivis à plusieurs titres : pêche non autorisée dans les eaux territoriales françaises de Nouvelle-Calédonie, intrusion dans la zone économique exclusive mais aussi refus d'obtempérer quand il leur a été sommé d'arrêter, et détention à bord de matériel de pêche prohibé. 
C'est le jeudi 30 mars qu'un avion de surveillance maritime avait repéré les bateaux, dans le secteur d'Ouvéa. Présent dans la zone, le patrouilleur La Moqueuse avait été dépêché sur place pour les intercepter, vendredi 31 mars à l'aube. A bord, des fûts pleins de bêches de mer avaient été retrouvés.  

Un millier d'euros par capitaine

Ce vendredi 7 avril, au tribunal, il a été souligné que les deux Blue boats contenaient environ 400 litres de ces holothuries, qui ont été saisis. Par interprètes interposés, les capitaines, qui ont demandé à être jugés de suite, ont expliqué ce qu'une telle pêche leur rapportait : 1000 euros chacun en moyenne, ont-ils estimé (environ 120 000 F CFP). Ils naviguaient depuis trois semaines avec une trentaine de membres d'équipage lorsque leurs navires ont été interceptés par les forces armées. 


Colère des pêcheurs locaux

La présence récurrente de bateaux illégaux dans nos eaux provoque la colère des pêcheurs calédoniens, dont plusieurs exigent une attitude plus ferme des autorités face au phénomène. Quitte à bruler les Blue boats interceptés, comme le pratiquent d'autres pays du Pacifique confrontés à ce problème. Lundi, ils ont fait savoir leur désapprobation alors que les deux Blue boats pris vers Beautemps-Baupré étaient escortés vers le port autonome de Nouméa.