Le candidat Yanno fait campagne autour du corps électoral

Photo réunion corps électoral Yanno UCF élections législatives (17 mai 2017)
© NC 1ère / Jeannette Peteisi | Gil Brial, Sacha Benisti et Gaël Yanno mercredi 17 mai, à Nouméa.

L'Union pour la Calédonie dans la France ciblait les électeurs exclus du corps électoral pour les provinciales, ce mercredi 17 mai, à Nouméa. Une réunion était dédiée au sujet dans le cadre de la campagne pour les élections législatives en Nouvelle-Calédonie.

Jeannette Peteisi avec F.T. Publié le , mis à jour le

La trentaine de personnes réunies en soirée dans un restaurant nouméen, ce mercredi 17 mai, avaient un point commun : être des exclus du corps électoral des élections provinciales. Si solution il y a, ce ne sera qu’après le référendum de 2018, a déclaré Gaël Yanno pendant cette réunion proposée par le candidat UCF aux législatives dans la première circonscription.

«Particulièrement injuste»

Cette réponse n’a pas satisfait Pierre, en Nouvelle-Calédonie depuis sept ans et demi : «  Je suis un Zoreille, ça ne me gêne pas du tout d’utiliser ce terme. Je suis tombé amoureux de cette terre, témoigne-t-il. Je travaille ici, je paie des impôts ici, je dépense de l’argent ici. Ça me semble particulièrement injuste de ne pas pouvoir voter. »

Une priorité 

Une opération séduction axée sur le gel du corps électoral : le thème arrive en troisième position des priorités de campagne de Gaël Yanno dans ces législatives. Environ 25 000 électeurs exclus, c’est inacceptable, martèle le candidat : « Je l’ai démontré, notamment en choisissant comme suppléant Sacha Benisti. Un Calédonien d’adoption qui est exclu du corps électoral des provinciales, notamment. Je souhaitais avoir à mes côtés quelqu’un qui ressentait la même injustice, la même souffrance.»

«Retour à un corps électoral glissant»

«En faisant cette réunion ce soir, ça montre bien aussi, au niveau de l’UCF, avec Gil Brial,  notre détermination à défendre le retour à un corps électoral glissant, poursuit Gaël Yanno. Et à donner la possibilité d’obtenir cette citoyenneté par le mariage ou par le concubinage. »