Calédoniens ailleurs : Benoît Joseph, un Kunié en Chine

Calédoniens ailleurs : Benoît Joseph, un Kunié en Chine
© DR | Calédoniens ailleurs : Benoît Joseph, un Kunié en Chine

Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Études, recherche d’emploi, envie d’ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l’aventure ailleurs ? Cette semaine, Benoît Joseph, China security leader chez Decathlon.
 

Ambre Lefeivre
Publié le , mis à jour le

« Mon envie de voyager est liée au fait que c’est comme cela que j’ai grandi. J’aime découvrir de nouvelles cultures, je n’aime pas la routine. » Fils d’un militaire originaire de Sainte-Lucie et d’une Kunié, Benoît a parcouru le monde dès son plus jeune âge. De ses expériences à travers le globe, le métis Kanak en a gardé le goût de l’aventure et l’envie de foncer. Une envie qui se retrouve dans sa vie professionnelle. Le Calédonien occupe un poste à responsabilité à Pékin pour la marque Decathlon. 

Durant son enfance, Benoît vit ainsi en Guyane, à Djibouti, en métropole ou encore en Centrafrique au gré des mutations de son père. L’ultramarin ne manque toutefois pas de revenir en vacances sur son Caillou et plus particulièrement à l’Île des Pins, auprès de sa famille maternelle. Avant son entrée au lycée, le jeune homme décide de se poser et d’intégrer un établissement militaire. « J’étais en 3e en Centrafrique. Je ne savais pas dans quelle ville nous allions ensuite et je voulais tester le concours d’entrée. » Reçu, il intègre le Prytanée National Militaire en tant qu’interne. Après l’obtention d’un bac S, l’étudiant choisit de faire une licence d’économie gestion au Mans « sans trop savoir ce qu’il veut faire plus tard ».
 

Le Calédonien a beaucoup voyagé avant d’intégrer un lycée militaire 
© DR | Le Calédonien a beaucoup voyagé avant d’intégrer un lycée militaire 

Diplômé en 2002, il intègre un master 1 de business international, ses envies de voyage n’étant pas étrangères à ce choix. Cette année-là, il s’envole d’ailleurs le temps d’un semestre à Fayetteville dans l’Arkansas aux États-Unis. Benoît y suit notamment des cours de logistique« J’ai choisi ce module par curiosité et pour sa rigueur. » Il effectue ensuite un master 2 à Lille en logistique et supply (approvisionnement en français ndlr). Et si le Calédonien est séduit par cette filière, c’est « parce qu’on parle rapidement de métier, de concret ». Après un stage chez Nestlé à Nouméa et l’obtention de son diplôme en 2006, Benoît postule auprès de Decathlon« Je voulais à tout prix rentrer chez eux car j’ai toujours fait beaucoup de sport et il y a une bonne ambiance d’entreprise. »  En Normandie puis en région parisienne, le Calédonien est tour à tour responsable logistique, responsable transport puis directeur d’entrepôt où il a sous sa direction 150 personnes. Très vite, Benoît envisage l’étape suivante : l’Asie. « Dès que je suis rentré chez Decathlon, j’ai eu envie d’aller en Chine. A l’époque où j’ai postulé, en 2013-2014, c’est le pays qui bougeait. Et dans le monde de la logistique, c’est le pays où il fallait être. » Six mois plus tard, Benoît et sa famille sont installés à Shanghai. 
 
Depuis 2014, Benoît et sa famille sont installés en Chine 
© DR | Depuis 2014, Benoît et sa famille sont installés en Chine. Le Calédonien est security leader pour Decathlon.

Face à la croissance de la marque dans le pays, le Calédonien s’occupe de la construction des entrepôts avant de devenir il y a deux ans et demi security leader du pays et de déménager à Pékin.  « Nous manquions d’entrepôts et accusions des retards de construction. Plutôt que de faire des choses que je connaissais déjà, j’ai décidé de me lancer dans ce nouveau challenge. » Risques d’incendies, d’accidents, de vols, contrats avec les prestataires, formation des équipes, le Kunié réalise des audits pour tous les entrepôts de la marque en Chine. Benoît officie également comme expert sécurité à Taiwan, en Vietnam et en Thaïlande. Un changement d’univers qui réjouit le Calédonien. « Cela me permet d’avoir plusieurs cordes à mon arc et d’envisager d’autres postes. » D’ailleurs, Benoît envisage la suite de sa carrière avec toujours cette même soif de découverte. « C’est une chance pour moi de vivre dans d’autres pays. C’est le moment pour moi de changer pour ne pas m’ennuyer. »  
 
Benoît et sa famille rentrent régulièrement en Nouvelle-Calédonie et notamment à l’ Île des Pins 
© DR | Benoît et sa famille rentrent régulièrement en Nouvelle-Calédonie et notamment à l’ Île des Pins 

par ambre@lefeivre.com 

L'actu en vidéo

CAMPAGNE OFFICIELLE 6 MAI 2019

CAMPAGNE OFFICIELLE 6 MAI 2019