La brigade de prévention de la délinquance juvénile : des actions pour sensibiliser et prévenir des risques

brigade de prévention de la délinquance juvénile
© NC 1ère/Malia Noukouan | la BPDJ axe son travail sur le volet préventif auprès des jeunes.

Suite de notre immersion au sein de la BPDJ, la brigade de prévention de la délinquance juvénile. Six militaires composent cette unité spécialisée. Contrairement aux missions classiques de police judiciaire, la BPDJ axe son travail sur le volet préventif auprès des jeunes.

Malia Noukouan Publié le , mis à jour le

Quand les militaires ne sont pas dans les établissements scolaires ou à la recherche de partenaires, ils sont ici à la caserne Bailly de Normandie. Ils peaufinent leurs différents supports. Créée il y a tout juste cinq mois la brigade se construit, alors tout est à faire, comme l’explique l’adjudante Céline Cuvillier, commandant de la BPDJ « on part de zéro. Lorsque nous nous retrouvons après une intervention, nous débriefons. L’occasion de revenir sur chaque sujet et de modifier ce qui n’a pas fonctionné. On essaie alors de créer des petites choses qui vont capter l’attention des jeunes afin que le message passe. »
 

Dialoguer avec les jeunes

Les thèmes abordés sont des sujets qui concernent la jeunesse. Des thèmes arrêtés avec les chefs des établissements scolaires. Mais au-delà de la prévention, les gendarmes veulent instaurer un dialogue avec les jeunes, montrer qu’ils sont accessibles et surtout changer cette image négative que certains peuvent avoir de l’uniforme. Ce contact avec les jeunes, c’est ce qui motive Henrick Nedia. « Partager, c’est ce qui m’intéresse le plus. Le besoin de savoir quels sont les problèmes rencontrés ou comment réagir face à certaines situations. Le but est de donner à ces jeunes des outils de compréhension qu’ils n’ont peut être pas chez eux.»   
 
Les gendarmes ont plusieurs projets en tête mais ont besoin de partenaires. Un appel est lancé, car il vaut mieux prévenir que guérir. Les missions de la brigade sont également amenées à se diversifier.

Pour toute information complémentaire , vous pouvez prendre contact avec la brigade de prévention de la délinquance juvénile à l’adresse suivante :