La biodiversité en Océanie au coeur de deux jours d’ateliers

Biodiversité en Océanie CPS
© Alix Madec

La Communauté du Pacifique et de l'Institut pour la Recherche et le Développement accueillent depuis ce lundi un atelier sur la biodiversité en Océanie. Une rencontre qui réunit plus de 70 experts régionaux.

Alix Madec et Caroline Moureaux Publié le , mis à jour le

Des experts calédoniens mais aussi australiens, polynésiens, wallisiens, fidjiens, néo-zélandais et vanuatais réunis durant deux jours pour échanger sur la biodiversité marine et terrestre dans la région, et sur les moyens de la conserver. 
« Nous avons sur la partie marine cinq exposés qui dressent un peu le bilan de l’état des connaissances, sur la biodiversité elle-même, sur les usages dans différents types de milieux (côtier, au large, profond, etc.) pour avoir un bilan aussi exhaustif que possible de l’existant, et à partir de là, de faire émerger les questions qui se posent en termes de comment faire pour améliorer la connaissance actuelle, en particulier là où on a des manques » explique Yves Letourneur, professeur à l’UNC. 

Biodiversité en Océanie
© Alix Madec

La biodiversité terrestre aussi a fait l’objet de débats et de présentations.
« On parle de l’agro-biodiversité, c’est à dire toutes les variétés traditionnelles cultivées, des zones humides et les eaux douces qui sont très importantes en Océanie et qui font souvent le lien entre les écosystèmes terrestres et les écosystèmes marins, d’espèces envahissantes et invasives, une question clé pour les problématiques des milieux insulaires… » explique Eric Vidal, membre de l’IRD. 
Affiche biodiversité en Océanie
© DR

 

Faire naître des recommandations

Une rencontre nécessaire afin d’apporter des réponses scientifiques et d’informer les pouvoirs publics sur des problématiques à l’échelle océanienne.
Pour Cameron Diver, le directeur général adjoint de la CPS, « l’idée est de faire en sorte que les meilleurs scientifiques possibles puissent être ici pour apporter leur expertise et un regard sur la biodiversité en Océanie, sa protection, son exploitation durable surtout et que de ces travaux là, on puisse faire naître des recommandations qui protègent et préservent la biodiversité ici , mais qui puissent aussi servir à augmenter la visibilité de cet effort de préservation de la biodiversité océanienne sur le plan global dans le cadre des grands processus pour le climat, pour la biodiversité, pour l’océan… »
L’occasion d’appliquer les recommandations internationales initiées par la COP 21 à l’échelle du Pacifique. 
Le rendez-vous se poursuit jusqu’à ce mardi soir.  
Le reportage de Bernard Lassauce et Patrick Nicar 

Valérie Verdier, directrice du département scientifique ecobio de l’IRD, était l’invitée du journal télévisé de Dave Waheo-Hnasson ce lundi 24 juin.