Assises : nouveau procès en appel pour meurtre

Code pénal. Justice. Tribunal
© NC1ere

Joseph Aramoto  avait tué sa compagne dans un creek à Dumbéa le 1er janvier 2014.
Il fait appel de la sanction tout comme donc le ministère public. Le verdict est attendu demain mardi.

Isabelle Peltier avec NG Publié le , mis à jour le

Une pluie de coups de poings et de pieds sur tout le corps, essentiellement à la tête, Joseph Aramoto a battu à mort sa compagne âgée de 25 ans.
Les faits remontent au premier janvier 2014 à Dumbéa.
Les violences conjugales ont commencé à la maison et fini dans un creek. Plusieurs heures de calvaire insoutenables pour la mère de la victime lors du premier procès.
Reconnu coupable d’avoir donné volontairement la mort, l'accusé avait  écopé de 25 ans de réclusion. Cette condamnation serait possible si la peine encourue était la réclusion criminelle à perpétuité car dans ce cas, il ne peut être prononcé une peine supérieure à 30 ans.
Comme  la circonstance aggravante de meurtre sur conjoint n’a pas été retenue, Joseph Aramoto risquait la peine maximale de  30 ans pour meurtre. Ce qui veut dire que la Cour d’Assises pouvait le condamner à 30 ou à 20 ans ou moins mais pas entre les deux.
Le procès de Joseph Aramoto est prévu sur deux jours.