L’agriculture calédonienne se porte bien

Politique Publique Agricole Provinciale. Bourail
© Cédric Wakahugnème (CM)

La Province Sud  a présenté ce mercredi le 1er bilan de sa politique publique agricole provinciale. Ce sont 500 agriculteurs et spécialistes qui étaient réunis à Bourail. L’occasion pour les participants de découvrir les nombreuses avancées sur l’ensemble des filières.

Cédric Wakahugnème (CM) Publié le , mis à jour le

Des vidéos de promotions sur les aides de la Province Sud projetées sur grand écran, accompagnées des explications des spécialistes et des agriculteurs. Toutes les filières sont passées à la loupe. Depuis 2 ans, la filière céréalière a quasiment triplé. 
De nouvelles semences, une participation active de la collectivité ont permis à Steeve Helouin, céréalier de la coopérative de Bourail d’améliorer son rendement.
 


+ 38 % pour la filière bovine, + 40 % pour le maraîchage

La filière bovine a le vent en poupe. Depuis 2013, elle progresse de 38%. En 2017, le maraîchage enregistre également une progression de 40%. Sur ce secteur, un constat s’impose. Le profil des agriculteurs a aussi changé. Nicolas Guyen est passé d’un emploi en comptable à maraîcher. Une reconversion qu’il assume pleinement.
 


Des investissements conséquents

A ce jour, 2,5 milliards ont été investis par la Province Sud et le pays pour soutenir l’agriculture et l’élevage. Des efforts ont été engagés notamment par la Nouvelle-Calédonie, avec un grand travail sur le foncier sur le principe des baux ruraux. Objectif : fixer les populations et accentuer les efforts en faveur des jeunes. 
Philippe Michel, le président de la Province Sud.
 


La question de l'eau

Le taux d’autosuffisance alimentaire progresse de 13 à 18 % depuis 2013. Ce 1er bilan reste toute de même mitigé. Des améliorations vont être apportées et les acteurs doivent aussi répondre à l’épineuse question de l’eau. 4 milliards permettront d’améliorer le maillage sur un partenariat Province/gouvernement et Etat. Le projet d’hydraulique de la Ouenghi sur Boulouparis est toujours d’actualité. 850 millions de FCFP qui vont permettre d’irriguer plusieurs exploitations dans la région.