Accord de Paris : le président de l'Assemblée polynésienne réagit

Marcel Tuihani
© Polynésie 1ère | Marcel Tuihani

Marcel Tuihani a protesté, au lendemain de l'annonce quant au retrait américain de l'Accord de Paris sur le climat. Le président de l'Assemblée polynésienne a invoqué «l'intérêt supérieur de l'Humanité».

AFP avec F.T. Publié le , mis à jour le

«Aucune promesse électorale ne peut prévaloir sur l'intérêt supérieur de l'Humanité toute entière», s'est indigné Marcel Tuihani. Le président de l'Assemblée polynésienne a ainsi réagi à la décision de Donald Trump, le président des Etats-Unis ayant annoncé jeudi le retrait de son pays de l'accord de Paris sur le climat. Marcel Tuihani se dit toutefois persuadé que ce retrait «renforcera la détermination des autres nations du monde à honorer leurs engagements pour sauver notre maison commune».
 

Des états insulaires déjà touchés

Avant cet accord universel de Paris, les états insulaires du Pacifique avaient plaidé auprès des grandes nations pour que le réchauffement climatique soit contenu en deçà d'1,5 degré. Certains de ces états, comme les Kiribati, ont déjà déplacé une partie de leur population. A Tuvalu, des terres cultivables ont été envahies par l'eau de mer, et les sols ne sont plus fertiles. Par ailleurs, tous constatent une augmentation de la fréquence et de la puissance des cyclones.
Citons encore Fidji, particulièrement menacée par la montée des eaux provoquée par les dérèglements du climat. Il y a un mois, le Premier ministre fidjien a d'ailleurs exhorté le président américain à ne pas renoncer à cet accord de Paris. L'archipel a été choisi pour organiser en novembre la prochaine conférence de l'ONU sur le climat, la Cop 23, même si elle se fera pour des raisons logistiques en Allemagne.