Philippe Gomès : "l'important est que l'outil soit préservé"

Gomès
© NC 1ère | Le député Philippe Gomès

A la sortie du conseil d'administration d'Eramet, Philippe Gomès, administrateur du groupe et représentant de la STCPI, a réagi au micro d'Outre-Mer 1ère.

Elif Kayi
Publié le , mis à jour le

"Le Conseil d'administration s'est déroulé de manière très constructive ; c'est important que la maison mère soit aux côtés de la SLN pour lui permettre de passer ce cap difficile", a déclaré Philippe Gomès au sorti du conseil d'administration d'Eramet, qui s'est tenu dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris, heure de Nouméa. 
 
"Il a surtout été décidé que des efforts devaient être engagés pour réduire les frais de façon à limiter l'hémorragie en ces temps difficiles, puisque le cours du nickel au LME est au plus bas des quinze dernières années", a-t-il poursuivi.  
 
Concernant les mattes, celles-ci ne seront à terme plus produites en Calédonie. Leur production par la SLN devrait continuer jusqu'en 2017, date à laquelle une usine finlandaise devrait prendre la suite.
 
"Aujourd'hui, on produisait 45.000 tonnes de ferronickel et 8.000 tonnes de mattes. Demain les 8.000 tonnes de mattes ne seront plus produites et à la place, on produira du ferronickel", souligne Philippe Gomès. "Ca n'a pas d'impact sur les effectifs de la SLN". 
 
"L'important pour nous, c'est que l'outil soit préservé quelles que soient les circonstances et aujourd'hui ce qu'on peut dire au terme de ce conseil, c'est que l'outil est préservé", conclut-il.
 
Ecoutez les propos de Philippe Gomès au micro d'Outre-Mer 1ère :  l