Un programme pour les femmes leaders calédoniennes

Femme de NC
© Martine Nollet / NC1ère | Quelle est la place des femmes dans la société calédonienne ?

Pendant quatre jours, une formation se tient à Dumbéa dans le cadre du plan stratégique pour l’égalité hommes-femmes. Le programme "100 femmes leaders" vise à encourager les femmes à développer leur capacité de leadership.

Martine Nollet (avec Elif Kayi) Publié le , mis à jour le

Le  programme "100 femmes leaders" fait partie du plan stratégique pour l’égalité hommes-femmes, mis en place par le secteur de la condition féminine du Gouvernement. Commencé lundi, il se tient sur quatre jours à Dumbéa. Une vingtaine de femmes suivent une formation pour favoriser leur émancipation dans tous les domaines du développement. 
 
Cette année est la première édition d’un programme annuel qui se déroulera jusqu’en 2018. Emancipation et autonomisation des femmes calédoniennes représentent l'objectif de cette édition. En d'autres termes, il s'agit de renforcer la capacité de leadership de ses femmes.
 
"L'objectif, c'est cent femmes leaders sur une mandature, chaque fois ; chaque année, ce sont 25 femmes qui vont venir dans ce programme", explique Rolande Trolue, collaboratrice à la condition féminine au Gouvernement.

Si l'édition 2015 s'adressait aux femmes responsables d’associations, en 2016, elle sera destinée aux femmes responsables de projets. En 2017, ce sera le tour des femmes travaillant dans les entreprises et en 2018, celui des femmes exerçant des postes à responsabilité.
 
Ecoutez les propos de Rolande Trolue au micro de Martine Nollet pour NC1ère La Radio : 

ITW 100 femmes 241115

 

Les femmes, qui sont venues des trois Provinces, sont toutes investies dans du travail associatif. Quatre jours de formation déclinés sur plusieurs thèmes : femmes et identité, femmes et leadership, femmes, genre et droits et femmes et développement. Le programme est clair : mieux connaître ses droits, lutter contre les discriminations, les inégalités, les injustices, combattre les violences et participer à la gouvernance du pays sur un pied d’égalité avec les hommes.
 
Un programme qui donne des outils aux femmes pour leur autonomie. "On se rend compte de ce qu’on fait, on a une diversité de personnes qui vient d’ethnies différentes, qui ont aussi leur culture, ce qui fait que ça amène un échange très enrichissant pour ce qui va se faire chez moi", commente Marie Lucette Taoupoulou, Présidente des comités de fêtes d’Ouvéa. "Je vais essayer de former mon équipe à ça ! on doit décider des choses et cette formation là, nous aide à mieux assumer ces prises de décisions. Les hommes, on a besoin de leur soutien, de leur amour, de leur tendresse et puis de leur compréhension".
 
Mais les femmes sont aussi venues pour partage, comme Léa Bouei de Yaté, du Conseil Coutumier DJUBEA KAPUME.
"Le partage, c’est ce que je découvre ici, l’amour que les mamans ont", explique-t-elle. "Déjà, on ne se connaît pas, mais on s’aime, le lien, il est fort et c’est ce que j’aime moi dans cette formation et je voudrais être un leader".